Économies d'énergie Comparatif des systèmes de chauffage les plus économiques
Appareils de chauffage économiques
Économies d'énergie

Comparatif des systèmes de chauffage les plus économiques

Temps de lecture 11 min

Clémence
Clémence

Mis à jour le 13 septembre 2022

Sommaire
Obtenir mon devis
Obtenir mon devis

Recevez votre devis sur-mesure sous 24h

Chaque année, près de 2/3 de la facture énergétique annuelle des Français est consacrée au chauffage ! Un poste de dépenses important, qu’il est donc légitime de vouloir baisser en optant pour une installation économique, plus particulièrement face à la hausse des prix de certaines énergies.

Si certains systèmes sont connus pour être plus économes que d’autres, ils doivent avant tout être choisis en fonction de vos besoins. Au-delà des écogestes, comme réduire votre température de chauffe, découvrez quels sont les critères pour choisir un chauffage économique !

Quels critères définissent un mode de chauffage économique ?

Performants grâce aux technologies qu’ils emploient, les différents systèmes de chauffage actuels sont, au regard des anciens modèles, de plus en plus économiques ! C’est pourquoi, afin de les comparer entre eux, trois éléments sont essentiels :

  • Le coût d'acquisition de l’appareil ainsi que de son installation, qui peuvent être extrêmement variable selon les dispositifs ;

  • Le prix de la matière première ou de l’énergie utilisée ;

  • Le rendement du système de chauffage, c’est-à-dire la différence entre la quantité d’énergie utilisée et celle produite à des fins de chauffage. Plus le rendement est élevé, plus l’appareil est performant. Il est aussi possible de parler d’ETAS, celui-ci permettant de comparer des solutions utilisant différentes énergies entre elles.

Par ailleurs, pour qu’un système de chauffage soit économique, il doit être installé dans une maison bien isolée. En effet, une mauvaise isolation entraîne de nombreuses déperditions thermiques, obligeant l’installation à consommer plus que nécessaire pour atteindre la température voulue.

C’est pourquoi, certaines solutions sont davantage recommandées que d’autres, selon votre type de logement, mais aussi sa zone géographique.

🔎 Comparatif des différents systèmes de chauffage les plus économiques

Système de chauffage Coût d'achat MaPrimeRénov' Entretien annuel ETAS
Pompe à chaleur air/eau 8 000 à 13 000 € Jusqu'à 4 000 € 180 à 250 € 130 %
Pompe à chaleur air/air 1 600 à 3 000 €* Non éligible 180 à 250 € 150 %
Pompe à chaleur géothermique 14 000 à 20 000 € Jusqu'à 10 000 € 180 à 250 € 170 %
Chaudière gaz THPE 3 000 à 6 000 € Jusqu'à 1 200 € 150 à 270 € 93 %
Chaudière fioul 6 500 à 10 000 € Non éligible 130 à 240 € 90 %
Chaudière biomasse 6 000 à 15 000 € Jusqu'à 10 000 € 150 à 250 € 90 %
Radiateur électrique à inertie 200 à 700 € Non éligible 0 € 38 %
Panneau solaire thermique (SSC) 400 à 2 000 €/m² Jusqu'à 10 000 € 0 € 80 %

*pour une seule pièce

La pompe à chaleur, la solution rentable et performante

Permettant d’allier chauffage écologique et économique, la pompe à chaleur est parmi les appareils les plus plébiscités ! Cette dernière se décline en deux familles, les PAC aérothermiques air/eau ainsi que air/air, et les PAC géothermiques.

Pour chacune d’entre elles, il est nécessaire d’ajouter le coût de l’entretien par un professionnel. Celui-ci est obligatoire afin d’assurer le bon fonctionnement de la PAC et vérifier l’étanchéité du circuit de fluide frigorigène. Il doit aussi être effectué tous les ans pour le maintien de la garantie constructeur.

Important !
Pour être économiques, les pompes à chaleur doivent être installées dans un logement bien isolé, sinon elles surconsomment.

La pompe à chaleur air/eau

Ce modèle de PAC produit de l’énergie en utilisant l’air extérieur. Plus précisément, elle capte les calories présentes dans l’air pour les restituer à l’eau du circuit de chauffage, d’où la dénomination de pompe à chaleur air/eau.

Utilisant de l’énergie renouvelable, ce système de chauffage permet une économie certaine sur son coût à l’année. Il est toutefois nécessaire d’y ajouter une petite consommation électrique, la PAC nécessitant d’être branchée pour fonctionner.

4 kWh
Il s’agit de la quantité d’énergie que la PAC fournit en moyenne pour 1 kWh d’électricité consommée.


Bien que son coût d’achat soit onéreux, entre 8 000 et 13 000 €, ce mode de chauffage permet de bénéficier de subventions comme MaPrimeRénov’ ou l’éco-PTZ.

Points forts
  • Économique sur le long terme
  • Aides financières disponibles
  • Consommation énergétique faible
  • Très bon rendement
  • Possibilité de garder ses anciens émetteurs
Points faibles
  • Coût d’achat élevé


Découvrez nos pompes à chaleur air/eau :

[sliderShortcode product1="40" product2="485" product3="417"]

La pompe à chaleur air/air

À l’instar de la PAC air/eau, la pompe à chaleur air/air puise les calories dans l’air extérieur. Elle souffle ensuite un air chaud à l’intérieur du logement grâce à des ventilos-convecteurs ou des splits muraux. Il est possible de l’utiliser l’été pour rafraîchir votre intérieur, c’est pourquoi ce système est aussi appelé climatisation réversible !

Pouvant ainsi fonctionner à toutes les saisons, son coût d’utilisation à l’année est logiquement plus élevé. Toutefois, les climatisations réversibles consomment peu d’énergie en comparaison de celle produite.

Si leur prix d’achat est peu élevé, oscillant entre 1 600 et 3 000 €, ce dernier ne concerne que l’unité extérieure et un monosplit, c’est-à-dire une seule pièce du logement. Il est nécessaire d’ajouter d’autres monosplits pour couvrir l’ensemble des besoins de chauffage de l’habitation, faisant donc augmenter le coût d’achat. Par ailleurs, le PAC air/air n’est pas éligible aux subventions.

Points forts
  • Coût d’achat moins onéreux qu’une PAC air/eau
  • Consomme peu
  • Très bon rendement
  • Fonctionne à toutes les saisons
Points faibles
  • Coût d’achat à multiplier selon le nombre de pièces
  • Pas d’aides financières
  • Nécessite un ballon d’eau chaude en plus


Découvrez nos cllimatisations réversibles :


[sliderShortcode product1="442" product2="620" product3="443"]

La pompe à chaleur géothermique

À la différence des précédentes pompes à chaleur, la PAC géothermique capte les calories dans le sol et non dans l’air. Elle les utilise ensuite pour chauffer l’eau du circuit de chauffage, ce qui vous permet de conserver vos radiateurs ou votre plancher chauffant en cas de rénovation.

Nécessitant de forer le sol de votre jardin, cette pompe à chaleur est nettement plus onéreuse, avec un prix variant entre 14 000 et 20 000 €.

Ce coût d’achat est toutefois amorti sur le long terme par un très bon rendement, celle-ci consommant 1 kWh d’électricité contre 4 à 5 kWh d’énergie produite. De plus, la PAC géothermique est éligible aux aides financières.

Points forts
  • Économique à long terme
  • Rendement très élevé
  • Consommation annuelle faible
  • Éligible aux aides de l’État
Points faibles
  • Coût d’achat très élevé
  • Nécessite des travaux lourds

La chaudière gaz, un coût d’achat peu élevé

Bien que le gaz soit aujourd’hui moins populaire, il a de nombreux atouts dans le cadre d’une rénovation ! En effet, les chaudières de dernière génération, dites à Très Haut Rendement Énergie, consomment nettement moins que les anciennes chaudières classiques.

Il est aujourd’hui possible de rencontrer deux formes de chaudières :

  • Les chaudières gaz à condensation, qui sont les modèles les plus répandus. Ces dernières récupèrent la chaleur émise par les fumées de combustion pour préchauffer l’eau du circuit de chauffage. De cette façon, elles consomment ainsi 20 à 30 % moins que les chaudières traditionnelles.

  • Les chaudières gaz basse température (Bas NOx), installées en appartement lorsqu’il n’y a pas la possibilité de mettre de solution à condensation. Celles-ci chauffent l’eau à 50°C, contre 90°C pour les chaudières classiques, ce qui vous permet d’effectuer 15 % d’économies sur vos factures de chauffage.

Ainsi, si votre logement est déjà raccordé au gaz de ville, il est conseillé d’opter pour une nouvelle chaudière plus performante et économe. En effet, bien que le coût du gaz puisse varier, le propane est davantage onéreux à l’usage.

En outre, avec un prix d’achat situé entre 3 000 et 6 000 €, les chaudières gaz sont relativement accessibles, d’autant plus qu’elles sont éligibles à MaPrimeRénov’ dans le cadre d’une rénovation. À ce coût, il est nécessaire d’ajouter le prix de l’entretien, variable de 150 à 250 € et obligatoire tous les ans.

Points forts
  • Coût d’achat accessible
  • Très bon rendement énergétique
  • Économique à long terme
  • Éligible aux subventions
Points faibles
  • Prix du gaz non fixe
  • Interdite dans les maisons neuves
  • Davantage rentable au gaz de ville


Découvrez nos chaudières gaz THPE :


[sliderShortcode product1="456" product2="369" product3="250"]

La chaudière au fioul, un système très onéreux

Comme pour les systèmes de chauffage au gaz, il existe désormais deux types de chauffage au fioul : les chaudières à condensation et basse température. Ces dernières offrent un très bon confort thermique ainsi qu’un bon rendement, expliquant l’ancienne popularité du fioul !

Celles-ci possèdent toutefois un prix d’achat relativement élevé, entre 6 500 et 10 000 €, auquel il faut ajouter le prix d’installation et d’acquisition de la cuve. De plus, le coût de son énergie, corrélé à celui du pétrole, rend ce mode de chauffage particulièrement cher à l’utilisation. Enfin, il est nécessaire aussi d’y additionner le prix de l’entretien annuel, qui s’élève de 130 à 240 €.

Désormais interdites dans les maisons neuves, mais aussi en rénovation en tant que solutions principales, les chaudières au fioul ne sont pas éligibles aux aides financières.

Points forts
  • Bon rendement énergétique
  • Très bon confort thermique
Points faibles
  • Prix de l’énergie élevé
  • Non-éligible aux aides
  • Interdit en tant que système principal, même en rénovation
  • Nécessite de la place pour la cuve

Le chauffage au bois, le combustible le moins cher

Parmi les nombreux combustibles existants, le chauffage au bois, ainsi que ses dérivés comme la sciure et l’écorce, sont aujourd’hui les plus accessibles !

Performante, la chaudière biomasse est un système central qui permet de chauffer la totalité de votre logement ainsi que votre eau chaude sanitaire. Elle se décline sous deux formats avec des prix différents :

  • Les automatiques, variant entre 12 000 et 25 000 €. Elles sont équipées d’un silo alimentant automatiquement la chaudière. Ce modèle est assez volumineux.

  • Les manuelles, vendues entre 2 000 et 10 000 €. Les habitants doivent alors eux-mêmes alimenter la chaudière en bois.

Ces coûts d’investissements importants sont contrebalancés par le prix du chauffage au bois (sous formes de bûches, pellets ou granulés) peu élevé. Cette installation s’avère ainsi rentable sur le long terme, d’autant plus qu’elle offre un bon rendement énergétique.

Parfois vendu comme un système de chauffage principal, le poêle à granulés est en réalité davantage un système d’appoint. Ainsi, bien que son coût d’achat soit moins élevé que celui d’une chaudière biomasse, entre 1 000 et 4 000 €, cet appareil n’est pas capable de couvrir seul vos besoins de chauffage.

Points forts
  • Combustible peu onéreux
  • Économique à long terme
  • Aides financières disponibles
  • Bon rendement énergétique (chaudière biomasse)
Points faibles
  • Prix d’achat élevé
  • Poêle à bois uniquement en appoint
  • Espace de stockage nécessaire

Le chauffage électrique pour les appartement bien isolés

Connu pour être énergivore, et donc peu économique, le chauffage électrique peut toutefois être un bon allié pour les petits logements ! En effet, son coût d’utilisation élevé est souvent le fait de plusieurs éléments :

  • Une surface d’habitation élevée ;

  • Une mauvaise isolation ;

  • Des vieux radiateurs à convection, dits "grille-pain".

En optant pour des radiateurs à inertie, qui utilisent souvent la domotique, il est possible de faire baisser vos factures d’énergie. En effet, ces derniers continuent de diffuser de la chaleur une fois éteints, permettant de réduire votre consommation d’électricité.

De plus, ce type d’installation de chauffage ne nécessite aucun entretien, à part un dépoussiérage régulier. Toutefois, pour votre eau chaude sanitaire, il est nécessaire d’acheter un ballon d’eau chaude en supplément.

Points forts
  • Prix d’achat accessible
  • Les radiateurs à inertie consomment moins que les convecteurs
  • Pas de coût d’entretien
Points faibles
  • Court de l’électricité variable
  • Énergivore dans les grands logements
  • Nécessite une bonne isolation
  • Besoin d’ajouter un ballon d’eau chaude

Les panneaux solaires, pour un système écologique

Système écologique par excellence, les panneaux solaires thermiques se veulent aussi économiques, puisqu’ils permettent théoriquement d’être autonome. De plus, l’énergie utilisée est 100 % renouvelable et gratuite, réduisant votre budget de chauffage de façon conséquente.

Toutefois en pratique, les installations SSC ne peuvent pas couvrir entièrement vos besoins en chauffage. Il est en effet estimé qu’ils permettent de gérer 40 à 60 % de la demande, ne pouvant donc garantir une température stable.

80 %
Il s’agit du rendement moyen du SSC.


Il dépend tout particulièrement du taux d’ensoleillement de votre zone géographique. Il est donc nécessaire de recourir à un autre appareil en appoint pour assurer votre confort thermique.

L’installation de panneaux solaires s’avère notamment onéreuse, avec un coût d’acquisition entre 400 et 2 000 € le m², auquel il faut ajouter le prix de la mise en place. Les SSC sont néanmoins rentables sur le long terme, puisque vous n’avez plus de facture de chauffage !

Points forts
  • Énergie gratuite
  • Économique sur le long terme
  • Éligible aux subventions
Points faibles
  • Coût d’achat élevé
  • Ne peut être utilisé seul


La majorité des appareils de chauffage sur le marché sont aujourd’hui nettement plus économes en énergie que ceux des anciennes générations. Ils sont d’autant plus performants qu’ils peuvent être couplés à des robinets thermostatiques, une sonde extérieure ou de la domotique !

Pour qu’un mode de chauffage soit économique, il convient aussi de le choisir selon vos installations existantes et la situation géographique de votre habitation. En effet, un appareil peut être davantage recommandé si vous résidez dans le nord plutôt que dans le sud. Enfin, pour de vraies économies sur le long terme, il est important d’envisager des travaux d’isolation. Si celle-ci est défaillante, même l’appareil le plus économe pèsera sur votre budget !

Vous souhaitez faire des économies d'énergie ?

IZI by EDF vous aide à trouver la solution idéale pour chauffer votre logement !

Demander un devis
À lire également
Une question ?
Veuillez valider le captcha
4 Commentaires
Guirec 19/04/2022 12:16

Bonjour je voulais savoir a quoi correspondait le chauffage par thermossiffond? Merci de votre réponse

Notre réponse 20/04/2022 09:55

Bonjour,

Il s’agit d’un système de chauffage où la circulation de l'eau s'effectue sans pompe, consommant de ce fait moins d’énergie. Ce principe est utilisé dans certaines installations solaires. Néanmoins celui-ci est assez peu efficace engendrant de fortes pertes de chaleur.

Très belle journée,
Clémence de l'équipe web

AlexandreV 08/02/2019 20:12

Bonjour,
J'ai ente du à la radio un animateur parler du systeme t one aqua air de Aldes. Hors sur internet il est tres difficile de trouver des avis.
Que pensez vous de ce systeme 3 en 1 (chauffage, rafraîchissement, ECS)?
Merci

Stef 26/02/2018 06:54

Le crédit d impôts sert juste les revendeurs pour gonfler le prix de vente.

Notre réponse 26/02/2018 09:25

Bonjour, Pas chez IZI by EDF ;-)

pierre.bajard819@orange.fr 27/06/2014 10:28

15 ans à minima pour amortir le cout, et recommencer....c'est dommage ...trop d'intermédiaires dans la chaine et l'objectif majeur est complétement détourné...ce n'est pas de l'écologie,c'est du racket