Accueil Chauffage À la mer, à la montagne : quel système de chauffage choisir pour votre résidence secondaire ?
Quel système de chauffage choisir pour une résidence secondaire ?
Chauffage

À la mer, à la montagne : quel système de chauffage choisir pour votre résidence secondaire ?

Temps de lecture 9 min

Clémence
Clémence

Mis à jour le 13 septembre 2022

Sommaire

Bien que votre maison secondaire soit inhabitée une partie de l’année, celle-ci doit être équipée d’un système de chauffage performant. En effet, celui-ci influe directement sur votre confort au cours de votre séjour, mais aussi sur vos consommations d’énergie quand vous êtes absents !

Vous ne savez pas quel dispositif est le mieux adapté à votre logement ? C’est normal ! De nombreux critères doivent être pris en compte, afin d’opter pour un équipement qui répond parfaitement à vos besoins.

En montagne, coupler les solutions centrales et d'appoint

Les conditions météorologiques rigoureuses de la montagne font qu’il est nécessaire d’opter pour un système de chauffage adapté et performant. Celui-ci est essentiel pour un confort thermique optimal au quotidien, mais aussi pour des factures énergétiques qui ne sont pas exorbitantes.

👉 Les solutions principales

Pour conserver un système de chauffage central, qui permet ainsi d’aussi chauffer votre eau chaude sanitaire, deux appareils sont particulièrement recommandés :

  • La chaudière biomasse : cette dernière offre un très bon rendement et le bois reste une des énergies les moins onéreuses. Il est conseillé d’opter pour une chaudière à remplissage automatique, afin de ne pas avoir besoin de remplir régulièrement son réservoir. Cette chaudière est toutefois davantage adaptée aux chalets puisqu’elle nécessite une surface suffisante pour l’accueillir et un espace pour stocker le combustible.

  • La chaudière gaz à condensation : si la résidence secondaire peut être reliée au gaz naturel, il s’agit d'une solution à ne pas négliger ! Les appareils de dernière génération offrent un très bon confort de chauffe pour une consommation de gaz peu élevée.

Les pompes à chaleur de leur côté font débat lorsqu’il s’agit de les installer en montagne. Qu’elles soient aérothermiques (air/eau ou air/air) ou géothermiques, celles-ci ont besoin de capter les calories dans l’air ou le sol, ces dernières diminuant avec le froid.

Bien que ces systèmes soient désormais capables de fonctionner lorsque la température est négative, le climat peut être particulièrement glacial en zone montagneuse. Si le logement est situé en haute montagne avec une isolation récente, une PAC reste une bonne alternative. De plus, certains modèles air/eau utilisent des technologies adaptées à des températures très basses.

Découvrez nos solutions adaptées au climat montagnard :

[sliderShortcode product1="54" product2="434" product3="22"]

Dernier système principal recommandé pour les résidences secondaires situées en montagne, le chauffage électrique ! Celui-ci est plus particulièrement conseillé pour les appartements, dont les surfaces sont souvent plus restreintes. Pour que vos factures d’électricité ne s’envolent pas, il est recommandé d’installer des radiateurs à inertie.

Efficaces, ces derniers consomment moins que leurs confrères à convection et offrent une sensation de chaleur plus agréable. Vous devez néanmoins installer un chauffe-eau en plus pour gérer votre eau sanitaire.

👉 Les solutions d’appoint

Les températures extérieures en montagne pouvant facilement descendre nettement en dessous de zéro, il est recommandé de s’équiper d’un chauffage d’appoint en plus de son système principal pour couvrir vos besoins. Ce dernier permet de garantir un meilleur confort et de limiter une potentielle surconsommation.

Parmi les solutions d’appoint les plus courantes se retrouvent :

  • Le poêle à bois ou granulés, installé dans la pièce principale, peut être allumé ponctuellement pour réchauffer le logement.

  • La cheminée, grand classique des chalets, est souvent déjà installée ! Veillez toutefois à bien entretenir le conduit.

  • Le radiateur à inertie fluide sur roulette, ce dernier présente l’avantage d’être mobile pour chauffer, par exemple, sur une courte durée, une salle de bain ou une chambre.

Le conseil IZI
Pensez aussi à bien vérifier l’isolation thermique de votre résidence secondaire. En montagne, même avec un système de chauffage efficace, les déperditions thermiques peuvent vite faire grimper les factures !

Quel chauffage pour une résidence secondaire en bord de mer ?

De nombreux systèmes de chauffage peuvent être installés en bord de mer dont le climat n’est normalement pas aussi froid qu’en montagne. Néanmoins, il convient tout de même de prendre en compte la localisation géographique du logement, certaines zones comme le Morbihan ou la Méditerranée pouvant offrir des climats bien différents.

👉 Dans la Manche, la mer du Nord et le Nord-Atlantique

Le bord de mer en Atlantique et dans le nord de la France peut s’avérer particulièrement froid certains jours. Si le logement est déjà équipé d’un circuit de chauffage central, il est donc conseillé d’opter pour les systèmes suivants :

  • Une pompe à chaleur, il s’agit même de la solution la plus recommandée ! Plus précisément, il est conseillé d’opter pour une PAC air/eau plutôt qu’une PAC géothermique, son coût d’achat étant moins élevé.

  • Une chaudière gaz à condensation, si l’habitation est déjà reliée au gaz. Cette dernière permet d’effectuer jusqu’à 30 % d’économies d’énergie en comparaison d’une chaudière gaz classique.

Découvrez nos solutions pour les résidences secondaires en bord de mer :

[sliderShortcode product1="45" product2="141" product3="485"]

Comme en montagne, si votre résidence n’est pas reliée à un système de chauffage central, il est conseillé d’opter pour un chauffage électrique avec des radiateurs à inertie. Si la surface du logement est assez grande, le poêle à bois, en tant que système d’appoint, peut alors s’avérer une bonne idée pour faire baisser les factures d’électricité !

👉 Dans les zones avec un été vigoureux

À l’inverse, les climatisations réversibles (ou PAC air/air), sont vivement conseillées si votre résidence secondaire est dans une zone avec des étés vigoureux, comme la côte méditerranéenne !

De fait, en plus d’offrir un confort de chauffe adapté au bord de mer en hiver, ces dernières permettent aussi de rafraîchir votre intérieur l’été. Par ailleurs, elles sont appropriées pour les logements qui ne sont pas initialement équipés d’un système centralisé.

Découvrez nos climatisations réversibles pour votre logement en bord de mer :

[sliderShortcode product1="618" product2="406" product3="479"]

Choisir son mode de chauffage selon le temps d’occupation du logement

En plus de la prise en compte de votre zone géographique, votre choix de système de chauffage pour votre résidence secondaire doit aussi prendre en considération le temps que vous y passez. En effet, selon vos absences, certains dispositifs sont davantage conseillés que d’autres, à la fois pour leurs performances mais aussi pour l'investissement de départ qu’ils demandent.

👉 Le logement est régulièrement occupé

S’il s’agit d’un logement dans lequel vous vous rendez fréquemment ou que vous louez, avec des absences courtes, les meilleures solutions restent les pompes à chaleur (air/eau et air/air) et les chaudières à condensation.

Ces dernières vous permettent de programmer des plages de chauffe, prenant en compte vos absences, grâce à un régulateur programmable ! Vous pouvez, de ce fait, conserver une température idéale tout en faisant des économies de dépenses énergétiques.

👉 Vous êtes peu présent

Si au contraire, vous vous absentez longuement de votre logement, il est plus intéressant d’opter pour un système peu cher à l’achat, comme le chauffage électrique. Bien que ce dispositif soit connu comme étant énergivore, il sera de fait peu allumé, surtout si vous vous rendez dans votre résidence secondaire aux beaux jours.

De plus, les radiateurs à inertie consomment nettement moins d’énergie que les radiateurs à convection, grâce à la présence de programmateurs.

Si vous possédez déjà un système de chauffage central au gaz, le mieux est alors d’uniquement le remplacer pour un appareil performant. Enfin, notez qu’il est déconseillé de complètement arrêter votre système de chauffage lorsque vous êtes absent, mais simplement baisser la température à 6°C ou mettre en mode hors gel. En dessous, le froid peut endommager vos canalisations.

Le conseil IZI
Attention à la température de votre eau chaude sanitaire lorsque vous êtes absent ! Si celle-ci est trop basse, elle favorise l’apparition de légionelles. Il est conseillé d’impérativement la laisser à un minimum de 10°C.

La domotique pour piloter la température de votre maison à distance

Un autre point important à prendre en compte pour bien choisir votre solution de chauffage pour votre résidence secondaire, est la possibilité d’opter pour une programmation à distance !

La domotique permet en effet d’améliorer durablement votre confort thermique, avec deux avantages principaux :

  • Vous contrôlez au plus près vos consommations énergétiques, ce qui permet de réduire vos factures de chauffage. Ce point peut particulièrement être avantageux pour les logements situés en zone montagneuse.

  • En contrôlant le chauffage de votre résidence secondaire depuis votre domicile principal, vous avez la possibilité de l’enclencher dès que besoin ! Vous n’aviez pas prévu de venir passer le week-end dans votre logement mais en avez finalement envie ? Aucun souci, vous pouvez augmenter la température de chauffe à distance pour que votre intérieur soit chaud dès votre arrivée. Inversement, vous pouvez le réduire si vous ne pouvez finalement pas vous déplacer.

Par ailleurs, la domotique et le chauffage sont aujourd’hui étroitement liés. Ainsi, que vous optiez pour une pompe à chaleur, une chaudière à condensation ou encore un système électrique, tous peuvent être pilotés à distance !

Les aides pour la pose d'un système de chauffage en résidence secondaire

Changer un système de chauffage peut vite s’avérer onéreux. De fait, il faut compter en moyenne entre 8 000 et 15 000 € pour une PAC air/eau, entre 2 500 et 5 000 € pour une chaudière à condensation et 200 € par radiateur à inertie. La chaudière biomasse quant à elle oscille entre 6 000 et 15 000 €, quand la climatisation réversible varie entre 1 600 à 3 000 € pour équiper une pièce.

La majorité des aides financières existantes sont aujourd’hui réservées aux résidences principales. En effet, celles-ci ont pour objectif principal de lutter contre la précarité thermique. Les logements secondaires, occupés seulement une partie de l’année, ne sont donc pas concernés.

Ainsi, seuls les dispositifs suivants sont disponibles pour une résidence secondaire :

A contrario, ne sont pas applicables :

  • L’aide MaPrimeRénov’, accordée sous conditions de ressources, est ainsi réservée uniquement aux propriétés principales.

  • L’éco-prêt à taux zéro ne peut pas être contracté pour les habitations secondaires.

Ces subventions sont chacunes réservées à l’installation de chaudières gaz à condensation, chaudières biomasse et pompes à chaleur. En effet, les radiateurs électriques ne sont éligibles à aucune aide.

Le choix du type d’équipements de chauffage pour une maison secondaire résulte donc surtout d’une équation entre vos besoins, la zone géographique du logement, sa surface et votre temps d’occupation. En effet, certains équipements sont plus rentables en étant souvent utilisés quand d’autres gagnent à être moins souvent allumés, comme les radiateurs électriques. Toutefois, même avec un très bon système, il est compliqué de chauffer une maison mal isolée. Une donnée doit donc vous rester en tête tout au long de votre projet : l’isolation !

Besoin de changer le chauffage de votre résidence secondaire ?

Contactez nos conseillers IZI by EDF ! Ils vous accompagnent tout au long de votre projet afin d'opter pour le système le plus adapté à vos besoins.

Demander un devis

 

Une question ?
Veuillez valider le captcha
0 Commentaire