Chaudières gaz Le circuit de chauffage en 4 questions

Le circuit de chauffage en 4 questions

Comment est organisé un circuit de chauffage dans un logement ?

Vous vous demandez pourquoi certains radiateurs surchauffent tandis que d’autres peinent à monter correctement en température ? La réponse se trouve dans l’organisation de votre circuit de chauffage ! Quelles sont les 3 solutions les plus répandues pour acheminer l'eau jusqu'à vos émetteurs ? Comment prendre soin de votre installation afin qu'elle dure le plus longtemps possible ? Réponses dans cet article !

1. Installation de chauffage central : comment l’eau chauffe les radiateurs ?
2. Quels sont les trois types de réseaux de distribution du chauffage ?
3. Quelle pression d'eau dans un circuit de chauffage ?
4. Boue : comment nettoyer le circuit de chauffage de la maison ?

Installation de chauffage central : comment l’eau chauffe les radiateurs ?

Le réseau de chauffage est un circuit fermé. L’eau qui circule dedans est ainsi toujours la même, puisqu’elle ne peut pas en sortir. Selon les installations, celle-ci peut passer par plusieurs types de tuyauteries : en cuivre, en PER (polyéthylène réticulé haute densité) ou en multicouche (association de plusieurs matériaux).

S’il existe plusieurs systèmes de distribution, le circuit d’un chauffage central, qu’il soit au gaz, au fioul ou avec une pompe à chaleur, fonctionne selon un principe général :

1️⃣ Un appareil (chaudière, PAC) est alimenté par un combustible ou une énergie renouvelable, afin de faire chauffer un fluide caloporteur, chargé de conduire la chaleur.

2️⃣ Ce fluide est ensuite transporté à travers le réseau de chauffage, ici le plus souvent de l’eau.

3️⃣ Le liquide arrive ensuite aux émetteurs (radiateurs, chauffage au sol), qui augmentent la température au cœur de la maison.

4️⃣ L’eau retourne enfin jusqu’au système central, pour être de nouveau chauffée.

Qu’il s’agisse d’un système de chauffage individuel ou collectif, les différents circuits de chauffage central marchent selon ce principe général. La température de l’intérieur des pièces est ensuite gérée grâce à un thermostat d’ambiance.

Quels sont les trois types de réseaux de distribution du chauffage ?

Le circuit chargé d’acheminer l’eau depuis le système central jusqu’aux émetteurs est appelé le réseau de distribution. Si ce dernier suit dans les grandes lignes le schéma dressé ci-dessus, il existe aujourd’hui sous trois formes principales, de la plus simple à celle la plus complexe, offrant le meilleur confort.

La solution bitube : des radiateurs indépendants

Circuit chauffage bitube

Ce système est le plus répandu, que ce soit pour le chauffage individuel ou collectif. Chaque radiateur est installé sur deux tuyauteries différentes : une aller et une retour.

    • Le premier circuit, aller, achemine l’eau directement depuis le système de chauffe.

    • Le second circuit, retour, récupère l’eau refroidie qui a traversé l’émetteur pour la ramener à l’appareil central qui peut de nouveau la chauffer.

Chaque radiateur est ainsi alimenté de manière indépendante, ce qui permet que chacun d’entre eux reçoive de l’eau à la même température. De plus, cette solution bitube permet de mettre en place un robinet thermostatique au niveau de chaque radiateur, pour un confort de chauffe de qualité.

Néanmoins, ce type de réseau de distribution représente un coût d’installation élevé, car il nécessite une tuyauterie importante. Enfin, le temps que l’eau passe dans le circuit de chauffage peut entraîner des pertes de charge, puisque celle-ci baisse en pression. Les radiateurs situés en fin de circuit peuvent ainsi être défavorisés et mettre plus de temps à chauffer pour obtenir la température désirée. Ce point est notamment gênant pour les grandes habitations.

🔎 Les avantages et inconvénients de la solution bitube

Avantages 👍 Inconvénients 👎
  • Confort de chauffe élevé

  • Les radiateurs chauffent mieux en étant indépendants en eau

  • Possibilité de gérer chaque radiateur avec un système de régulation

  • Convient aux petites surfaces
  • Coût d’installation élevé car nécessite une grande longueur de canalisations

  • Pertes de charge en fin de circuit

La solution hydrocâblée ou pieuvre : une température optimale

Circuit chauffage hydrocâblé ou pieuvre

Le principe de ce réseau de distribution est d’alimenter chaque radiateur, ou plancher chauffant, grâce à un collecteur central appelé “nourrice”. Grâce à ce système, les émetteurs sont alimentés de façon totalement indépendante, et ne sont que peu impactés par la perte de charge. Ainsi, aucun radiateur n’est désavantagé, même en fin de circuit !

Cette solution, parfois appelée en “pieuvre” pour son aspect tentaculaire, est composée de deux nourrices, chacune munie d’un système d’équilibrage central qui répartit l’eau de la manière suivante :

    • La première, située à la sortie du générateur de chauffage, contient l’eau chaude. Elle la répartit ensuite vers les émetteurs grâce à ses tuyaux. Chacun d’entre eux est dédié uniquement à un radiateur.

    • La seconde nourrice récupère l’eau tiédie en provenance des émetteurs. Elle est située juste avant la chaudière.

En plus de cumuler tous les avantages de la solution bitube, cette installation est plus simple à mettre en place. Elle offre aussi un meilleur confort d’utilisation grâce à ses tubes en PER qui résistent à la corrosion, au tartre et à la détérioration. L’apparition de boue est ainsi limitée. Ce réseau de distribution est celui qui offre le maximum de confort pour les utilisateurs.

🔎 Les avantages et inconvénients de la solution hydrocâblée

Avantages 👍 Inconvénients 👎
  • Chauffe équilibrée entre les différents radiateurs

  • Radiateurs indépendants les uns des autres

  • Peu de perte de pression, tous les radiateurs chauffent efficacement

  • Rapide à mettre en place

  • Difficile à installer dans le cadre d’une rénovation

La solution monotube : un fonctionnement en boucle

Circuit chauffage monotube

Historiquement employé sur les premières installations de chauffage central, ce réseau de distribution n'est plus installé aujourd'hui ! L’eau chaude circule dans tout le circuit de chauffage en passant par chaque radiateur jusqu’à retourner au système central.

Si cette installation permet de n’avoir qu’un seul tuyau d’alimentation, son gros défaut réside dans la température de l’eau qui parcourt les radiateurs. En effet, celle-ci refroidit au fur et à mesure qu’elle arpente les différents émetteurs. Très souvent, le premier radiateur est ainsi brûlant, tandis que le dernier a bien plus de mal à chauffer. C’est pourquoi, plus on s’éloigne du début du circuit, plus les radiateurs sont grands.

Il est aussi impossible d’installer des régulateurs autres qu’un système “tout ou rien”. Soit le radiateur est éteint, soit il est allumé.

La solution monotube peut aussi se retrouver en version dérivée. Comme dans un système monotube classique, l’eau chaude traverse successivement chaque radiateur avant de retourner à l’appareil central. Toutefois, une dérivation est ajoutée sur la boucle, avant le radiateur, afin qu’une partie de l’eau chaude aille directement à l’émetteur suivant. Celle-ci se mélange au retour d’eau tiédie en provenance de ce dernier.

🔎 Les avantages et inconvénients de la solution monotube

Avantages 👍 Inconvénients 👎
  • Une seule tuyauterie d’installation nécessaire

  • Facile et rapide à installer

  • Les radiateurs ne sont pas tous à la même température

  • Déconseillé dans les grands logements

Quelle pression d'eau dans un circuit de chauffage ?

La pression joue un rôle important dans le bon fonctionnement des radiateurs, pour que ces derniers soient efficacement alimentés en eau chaude. C’est pourquoi il est recommandé de la surveiller à l’aide d’un manomètre.

Que vous soyez équipé d’une chaudière ou d’une pompe à chaleur, il est recommandé de régler la pression entre 1 et 1,5 bar. Ce réglage doit toutefois tenir compte de l’emplacement de votre installation centrale et de vos potentiels étages. En effet, la pression chute de 1 bar pour 10 mètres de dénivelé.

Sachant que la pression au point le plus haut doit être comprise entre 0,2 et 0,5 bar, le mieux est donc de régler votre système entre 1,2 et 1,5 bar si votre logement a un étage.

⚠️ Régler la pression trop haute peut être dangereux ! Peu de pression peut néanmoins aussi détériorer l’installation. C’est pourquoi le vase d’expansion, la soupape de sécurité et le manomètre sont présents pour un maintien adéquat de celle-ci.

Boue : comment nettoyer le circuit de chauffage de la maison ?

Il est parfois nécessaire de procéder à un désembouage du circuit de chauffage ; c’est-à-dire le nettoyer pour retirer le tartre et autres impuretés. Celles-ci apparaissent par le biais de l’eau qui circule dans les tuyaux.

Il existe deux techniques pour nettoyer les boues :

    • L’envoi sous pression d’eau dans le réseau grâce à une machine.

    • L’injection d’un produit (désembouant). Celui-ci agit pendant 24 à 48 heures et met en suspension les particules d’impuretés. Elles sont ensuite évacuées grâce à une vidange et le rinçage des radiateurs.

Pour savoir s’il est utile de procéder à un nettoyage, purgez l'un de vos radiateurs. Si l’eau qui en sort est chargée en particules, il est recommandé d’en faire un.

L’info IZI
Chez IZI by EDF, nous vous proposons d’effectuer un désembouage lors de votre changement de chaudière.

 

Les trois installations existantes sont aujourd’hui présentes dans le parc immobilier français. En effet, selon le logement, ces circuits de chauffage ont chacun des avantages non négligeables. Dans le cadre d’une rénovation énergétique, une étude de faisabilité doit être réalisée. Elle permet de connaître la possibilité, ou non, d’un changement de type de réseau de distribution. Cette dernière est aussi l’opportunité d’opter pour la meilleure solution pour votre habitation !

0 Commentaire à propos de « Le circuit de chauffage en 4 questions »
Laisser un commentaire
Veuillez valider le captcha
Comment choisir sa chaudière ?