Rénovation énergétique et construction La construction écologique et la rénovation plutôt que le “tout béton”
eco-construction
Rénovation énergétique et construction

La construction écologique et la rénovation plutôt que le “tout béton”

Temps de lecture 8 min

Agathe
Agathe

Sommaire
Obtenir mon devis
Obtenir mon devis

Recevez votre devis sur-mesure sous 24h

Représentant 25 % de nos émissions de gaz à effet de serre avant les déplacements en voiture et en avion, le logement est notre plus grande source de pollution quotidienne ! Partant de ce constat, France 5 diffusait le lundi 27 juin 2022 une émission intitulée “Sur le Front - Plus économiques, plus écolo : comment transformer nos maisons ?”, à revoir en replay jusqu’au 4 mars 2023. Y sont présentés les problèmes liés aux constructions en béton, ainsi que les alternatives envisageables, qu’il s’agisse de la construction écologique ou de la rénovation. Découvrez le résumé de cette émission !

Les problèmes liés aux habitations en béton

Les habitats en béton sont extrêmement polluants, depuis leur fabrication jusqu’à leur démolition !

En effet, la fabrication du béton (cellulaire, projeté ou autre) est énergivore ; ensuite, il ne constitue pas un bon isolant dans les habitations. Pour terminer, les bâtiments en béton sont très difficiles à recycler lors de leur destruction. Passons à la loupe les problèmes liés au “tout béton” !

La fabrication énergivore du béton

Pour rappel, le béton est obtenu à partir de gravier, d’eau, de ciment et de sable. Or, ces deux derniers matériaux sont polluants à fabriquer et à transporter !

⚠️ Les inconvénient du sable :

  • Le transport polluant : matériau lourd et cher à transporter.

  • L’extraction de sable terrestre (carrières et gravières) polluante : les trous creusés dans le sol et la nappe phréatique assèchent et appauvrissent les sols, tout en nuisant aux cultures et aux élevages environnants.

  • L’extraction de sable marin (Mer du Nord…) modifiant le milieu naturel : des bateaux raclent et aspirent le sable des fonds marins par pompage. En effet, comme le sable marin est anguleux, il offre une adhérence propice à la fabrication du béton, contrairement au sable rond du désert (roulé par les vents).

Toutefois, si cette pratique a des conséquences encore inconnues sur le long terme, elle entraîne déjà certaines conséquences immédiates néfastes ! Comme les trous dans le sable ne se referment pas avant des milliers d’années, ils modifient considérablement le milieu marin : ce ne sont plus des coquillages qui peuplent le fond sableux, mais des vers qui grouillent désormais dans un fond vaseux…

9 fois plus
d'extraction de sable que d’extraction de pétrole dans le monde


⚠️ Les inconvénients du ciment :

  • Fabrication énergivore : le ciment est obtenu à partir de calcaire et d’argile provenant des carrières, qui sont ensuite broyés puis chauffés dans des fours à 1500°C, avant d’être mélangés à du gypse. Un procédé énergivore, qui rejette quantité de dioxyde de soufre dans l’atmosphère !

  • Non-respect des normes de la part des cimenteries : certaines cimenteries ne respectent pas les normes européennes en matière de rejet de GES. Elles obtiennent parfois des dérogations de la part des préfectures leur permettant de doubler leurs émissions de GES ! Les conséquences ? Des problèmes de santé chez les habitants des environs (problèmes respiratoires, maux de tête, toux…). La solution ? Installer une station de contrôle de l’air ambiant à proximité, ou des filtres performants sur les cheminées des cimenteries.
2 fois plus
d’émissions de GES liées aux cimenteries qu’aux vols aériens dans le monde (soit 5 % des émissions totales de GES)

Les passoires thermiques, majoritairement conçues en béton

Le béton est le matériau le plus utilisé pour la construction de bâtiments en France. En revanche, il n’est pas un bon isolant thermique ; c’est pourquoi de nombreuses maisons construites dans les années 70 sont devenues des passoires thermiques !

80 %
des habitations françaises sont construites en béton !


Ainsi, les logements les plus énergivores sont classés F ou G selon le DPE (diagnostic de performance énergétique), et présentent une consommation énergétique qui dépasse les 330 kWh par mètre carré par an.

Les inconvénients des passoires thermiques sont nombreux :

  • Inconfort de vie : froid, humidité…
  • Factures énergétiques élevées dûes aux déperditions thermiques importantes.
  • Pollution de l’environnement : émissions de GES élevées.

Heureusement, les passoires thermiques seront interdites à la location à compter de 2023 !

La destruction des bâtiments en béton : un recyclage difficile

Enfin, la démolition et le recyclage des constructions en béton sont bien souvent problématiques pour une raison principale : le mélange des matériaux.

En effet, les matériaux sont la plupart du temps mélangés lors de la démolition d’un bâtiment, alors qu’ils sont recyclables (plâtre, laine de verre, béton…). Or, des matériaux mélangés sont souillés, et ne sont plus recyclables !

Résultat : au lieu d’être recyclé, le béton est majoritairement enfoui dans des décharges à ciel ouvert, aux côtés des autres matériaux qui constituaient le bâtiment démoli.

Dans le meilleur des cas, les matériaux sont posés sur des bâches pour éviter un contact direct avec le sol et la nature.

Dans le pire des cas, ils ne sont pas emmenés en décharge mais enterrés clandestinement dans des champs. Or, ces sites sont encore plus difficiles à dépolluer que des décharges, dans la mesure où les matériaux enterrés (métal, tuiles…) sont en contact direct avec les sols et les nappes phréatiques, et sont plus difficiles à déterrer. Cette technique est utilisée par des entreprises peu scrupuleuses, pour ne pas avoir à payer de frais de déchetterie !

70 %
des déchets en France viennent du BTP

La rénovation énergétique plutôt que la construction en béton 

Pour éviter les problèmes liés aux constructions en béton et leurs lourdes conséquences environnementales, des solutions existent. La première consiste à rénover les passoires thermiques, plutôt que de détruire pour reconstruire de nouveaux logements en béton.  

Remplacement de fenêtres, isolation thermique des combles... Quels travaux engager dans le cadre d'une rénovation globale ?

Aujourd’hui, le pays comptabilise 5 millions de passoires thermiques ! Pour reconnaître un logement mal isolé, vous pouvez faire réaliser un audit énergétique par un professionnel, ou utiliser une caméra thermique. Cette dernière permet de détecter facilement les déperditions de chaleur d’un bâtiment grâce à un code couleur : les zones bleues sont isolées, contrairement aux zones rouges ne le sont pas. Par ailleurs, l'audit énergétique vous permet d'identifier les travaux de rénovation à réaliser en priorité. 

Une fois que vous avez détecté les déperditions de chaleur de votre logement, vous pouvez alors envisager une rénovation globale afin de bénéficier d’un meilleur confort de vie et d’économies financières considérables.

Voici quelques exemples de travaux de rénovation :

Comment rénover une maison de manière écologique ?

Quels que soient les travaux envisagés, vous pouvez choisir des matériaux écologiques afin de rendre votre projet de rénovation respectueux de l’environnement.

Par exemple, en choissant la laine de mouton pour l’isolation thermique intérieure, le bois pour vos fenêtres et porte d’entrée, ou encore la laine de bois pour l’ITE. Cet écomatériau biosourcé et écologique réduit au maximum les émissions de GES !

Quelles aides pour rénover un logement ? 

En revanche, un projet de rénovation complet coûte cher ! Ainsi, vous pouvez compter en moyenne 1500 € / ㎡, soit env. 100 000 € pour un pavillon. De plus, le budget à prévoir pour un projet de rénovation peut fluctuer selon le prix des matières matières, les complications de chantier ou encore les risques de surcoûts (dépose totale de fenêtres…).

Pour aider les ménages à rénover leur logement, l’État a donc mis en place des dispositifs d’aides financières tels que MaPrimeRénov’, les certificats d’économie d’énergie (CEE), la réduction de TVA ou d’autres aides de l’Anah (agence nationale de l’habitat). Ainsi, ces aides sont accordées sous certaines conditions ! Par exemple, vous devez faire appel à un professionnel qualifié RGE (Reconnu garant de l’environnement) et disposant des compétences techniques nécessaires, ou encore appartenir à une certaine catégorie de revenus…

Si nous prenons l’exemple d’un foyer aux revenus intermédiaires habitant un pavillon, voici leur plan de financement type :

100 000 € (rénovation globale)
- 4 500 € (MaPrimeRénov’)
- 5 500 € (CEE)
> Reste à charge : 80 000 €

Ainsi, le prix d’une rénovation globale reste élevé, malgré les aides proposées ! C’est pourquoi les projets de rénovation sont encore trop peu nombreux par rapport aux objectifs fixés par l'État.

33 000
rénovations globales réalisées sur les 650 000 prévues par l'État en 2021

La construction éco-responsable : une autre alternative au béton

Autre alternative au bétion : la construction de maisons écologiques et basse consommation (BBC) ! Ces dernières sont fabriquées à l'aide de matériaux plus écologiques que le béton.

Comment concevoir et construire un bâtiment écologique (ou habitat en écomatériau / matériaux écologiques) ? 

Pour remplacer le béton, certains architectes se sont penchés sur la question pour proposer des logements construits en matériaux écologiques, comme la terre crue ou le bois.

Si nous prenons l’exemple de la terre crue, elle présente de nombreux avantages par rapport au béton :

  • Elle est une ressource renouvelable et recyclable à l’infini.
  • Elle régule le taux d’humidité du logement.
  • Sa fabrication est économe en énergie : les briques de terre crue sont obtenues par compression de terre et d’eau, tandis que l’argile naturellement présente dans la terre sert de colle naturelle. Les briques sont ensuite séchées au soleil !

Toutefois, un logement ne peut pas être intégralement conçu en terre crue : ses revêtements de sols et ses piliers sont généralement en béton. De plus, le toit doit être suffisamment large pour protéger les murs de la pluie.

L'exemple de constructions neuves en bois

Par ailleurs, l’architecte Jacques Félix Faure a développé un nouveau modèle d’habitations écologiques, dans le cadre d’un ouvrage appelé “le Haut Bois”, à Grenoble. La particularité de ces logements ? Ils sont conçus en bois et ne disposent ni de chauffage, ni de grille d’aération !

En effet, le bois est un matériau écologique naturellement isolant et étanche, permettant d’absorber et de conserver la chaleur produite par le soleil, les habitants et les équipements électriques de ces logements. De plus, une VMC double flux permet de répartir la chaleur au sein de tous les logements, même ceux qui sont exposés au nord.

 

Le secteur du BTP est en pleine mutation, et intègre progressivement les nouveaux enjeux environnementaux ! Pour éviter le “tout béton” à la fois polluant et difficilement recyclable, de nouvelles alternatives contribuent à l'amélioration de l’habitat.

Si vous ne souhaitez pas opter pour l'éco-construction d’un logement neuf (maison écologique), vous pouvez alors privilégier la rénovation de votre logement : isolation thermique, installation de fenêtres performantes, pose de panneaux photovoltaïques… Dès lors, les bénéfices d’un projet de rénovation sont multiples. Vous bénéficiez d’économies d’énergie, d’un meilleur confort de vie, ainsi que de la revalorisation de votre logement !

 

Besoin de réaliser des travaux de rénovation ? Confiez-nous votre projet !

IZI by EDF, c’est l’engagement pour des travaux réussis, des aides déduites de votre devis et un conseiller dédié pour votre chantier.

Obtenir un devis
À lire également
Une question ?
Veuillez valider le captcha
0 Commentaire