Rénovation énergétique Les Français et la rénovation énergétique globale
les Français et la rénovation globale
Rénovation énergétique

Les Français et la rénovation énergétique globale

Temps de lecture 6 min

Valentine
Valentine

Mis à jour le 23 mars 2022

Sommaire
Obtenir mon devis
Obtenir mon devis

Recevez votre devis sur-mesure sous 24h

Savez-vous que votre logement a certainement un impact sur l’environnement ? Les études le démontrent, le secteur du bâtiment représente, à lui seul, 25 % des émissions de gaz à effet de serre. Constructions vieillissantes et mal isolées, surconsommation d’énergie pour se chauffer… Pour faire face à cette problématique, l’État engage des politiques incitatives en faveur de la rénovation énergétique, par le biais de programmes d’aides financières.

Mais, pour que ces opérations soient efficaces, il est recommandé de passer par la rénovation énergétique globale. Autrement dit, plutôt que de prévoir une seule action de rénovation, mieux vaut envisager l’amélioration de son logement, dans son ensemble.

Comment les Français envisagent ces démarches ? S'engagent-ils vraiment dans ces projets pour leur habitation ? État des lieux sur l'ensemble du parc immobilier français, et l'implication des Français dans ces objectifs de réduction de nos consommations énergétiques !

Rénovation globale des bâtiments : qu’en pensent les Français ?

En évoquant la rénovation globale d'un logement, c'est tout un ensemble de travaux qui est évoqué avec un but majeur : la réduction de nos consommations énergétiques. Cette amélioration complète doit compter quelques étapes primordiales : la révision de l'enveloppe thermique du logement et de son isolation, le changement des menuiseries et du système de chauffage, ou encore la révision de sa ventilation.

Alors que les politiques publiques en faveur de la rénovation s'étoffent d'années en années, plusieurs acteurs du monde du bâtiment et des énergies ont sondé la population française. Ceci, afin de déterminer leurs connaissances et leur degré d'implication dans un projet d'ensemble dont l'objectif final est, à l'horizon 2050, la neutralité carbone du bâtiment en France !

45 %
C'est la part des énergies consommées en France par le secteur du bâtiment, tous secteurs économiques confondus !

Quelles idées autour de la rénovation ?

Dans un premier temps, parler de rénovation ne signifie pas nécessairement la réduction de sa consommation énergétique, pour la plupart des Français. D'après une étude réalisée par CSA Research pour Cofidis, début 2020, seulement 26% des sondés songent d'abord à la rénovation énergétique, à l’évocation de travaux à réaliser dans leur foyer. Ce sont les travaux de décoration, ou de réfection de leur cuisine ou salle de bain, qui leur viennent le plus souvent à l'esprit, dans un premier temps.

Cependant, les Français s'engagent volontiers dans des projets de travaux. 73 % des sondés en ont réalisé ces dernières années et 54 % envisageaient d'en réaliser durant l'année en cours. Mais la perspective de lancer un projet pour réduire ses factures énergétiques passe toujours en second plan, avec seulement 24 % des sondés engagés dans cette démarche. À l'inverse, ils sont 52 % à songer avant tout à leur confort en planifiant des travaux.

43 %
C'est le pourcentage de personnes sondées par OpinionWay en 2020 déclarant avoir froid chez elles. 14 % d'entre elles définissent même leur logement comme une passoire thermique !

 

Il est à noter, malgré tout, que la rénovation énergétique n'est pas une inconnue dans l'esprit des Français. Dans une autre enquête, réalisée par OpinionWay pour Monexpert-renovation-energie.fr, ils sont 57 % des personnes interrogées à estimer que la rénovation énergétique des logements devrait revêtir un caractère obligatoire ! Un avis constant, car renouvelé dans une récente enquête, datant de l’automne 2021, par Texsial-OpinionWay, et selon laquelle la tendance monte à 52 % des avis !

Le DPE, valeur référence pour les Français

Les différentes lois promulguées ces dernières années imposent aux Français de mieux connaître les notions d'économies énergétiques ou de rénovation du parc immobilier. Il en va notamment de la loi Climat et Résilience, inspirée par la Convention citoyenne pour le climat, en août 2021, et introduisant la notion de rénovation performante dans les règles liées à la construction et à l'habitat. Sinon, depuis 2019, la loi Énergie-Climat engage l'État dans une lutte contre les logements trop énergivores, autrement appelés "passoires thermiques".

Du côté des Français les enquêtes réalisées ces dernières années ont permis de constater une sensibilisation plus manifeste à la notion classe énergétique pour l'habitat, notamment par le biais d'un outil incontournable : le Diagnostic de performance énergétique, ou DPE. L'étude de Teksial-OpinionWay relève que ce document est globalement compris par les particuliers, du fait de sa présence obligatoire sur les annonces immobilières.

76 % des Français estiment ainsi que l'étiquette énergétique d'un logement visité est un critère important dans leur projet d'achat. De même, ils sont 56 % à estimer qu'une bonne étiquette peut être "la garantie d'une facture de chauffage soutenable".

Pourtant, fait surprenant, cette enquête a également permis de constater que 58 % avouent ne pas connaître l’étiquette énergétique de leur propre logement ! Un constat qui éclaire ainsi un autre fait : la différence entre les intentions des Français en matière de rénovation énergétique, et la réalité sur le terrain.

Des Français hésitants autour de la rénovation globale

Ces dernières années, les différents sondages réalisés auprès de la population française, sur le thème de la rénovation énergétique, ont démontré un intérêt manifeste pour la réduction de ses consommations d’énergie et la protection de l’environnement. Des intentions qui s’ajustent donc bien avec les ambitions de l’État, en matière de rénovation du parc immobilier.

L’info IZI
17 % des logements en France sont considérés comme “passoires thermiques”! Avec un plan de relance chiffré à 6,7 milliards d’euros réservés à la rénovation énergétique, l’État fixe pour objectif la rénovation de tous les logements classés de F à G, d’ici 2028.

 

Pourtant, ces engagements sur le papier sont plus timides sur le terrain, pour des actions concrètes. L’étude Teksial-OpinionWay de l’automne 2021 relève ainsi que 56 % des sondés n’ont pas fait de travaux depuis 2 ans, et n’envisagent pas d’en faire dans les 2 années à venir.

Le budget comme frein principal

Si l’intention est là, une raison majeure reporte ces projets, voire les annule : le budget ! C’est le principal frein mis en avant lors des différents sondages sur le sujet. Il est ainsi cité à 49 % parmi les causes.

De plus, les réponses autour du budget moyen imaginé pour différents postes de travaux démontrent une méconnaissance sur le coût réel d’une intervention de rénovation énergétique. Ainsi, tous types de travaux confondus, et dans l’éventualité d’une prochaine démarche pour lancer un chantier, 33 % des répondants évaluent le budget envisageable à…100 € ou moins ! Ils sont également 22 % près à investir entre 1 000 et 2 000 €.

Dans l’enquête menée pour Cofidis, le budget moyen envisagé, pour l’ensemble des sondés, est à hauteur de 9 550 €. Mais ce dernier affiche de très grands écarts selon la catégorie socioprofessionnelle des personnes interrogées : 6 400 € pour les 18/24 ans (26% d’entre eux estiment pouvoir débourser moins de 1 000 €), contre 10 200 € pour les CSP+, et 9 480 € pour les retraités.

Ainsi, le budget est un facteur déterminant dans la décision, ou non, de réaliser des travaux de rénovation énergétique. Manque de ressources financières, ou encore d’informations sur les montants réels, les particuliers semblent pour la plupart ne pas être au fait de tous ces détails, préférant laisser ces projets de côté.

Aides financières : des dispositifs flous

Face à cette contrainte liée au budget des ménages, l’État a mis en place divers programmes d’aides financières, permettant de réduire la facture des travaux : MaPrimeRénov’, les Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) distribués par les fournisseurs d’énergie, ou encore l’Éco-prêt à taux zéro, etc.

Distribuées en fonction des différents critères tels que les revenus du foyer fiscal ou encore la configuration du logement, ces subventions peuvent réduire considérablement le budget global d’une rénovation globale. Mais dans la pratique, une fois encore, les Français ne sont pas véritablement au fait sur la question des financements, et passent à côté de leurs projets par méconnaissance des dispositifs en place.

L’enquête Teksial-OpinionWay le démontre une fois encore. 66 % des Français interrogés ne pouvaient donner le nom d’au moins un programme d’aides publiques ! Pour les sondés plus informés, 11 % seulement ont cité MaPrimeRénov, et 4 % les CEE.

L’info IZI
Très présents dans les médias, les dispositifs aujourd’hui révolus proposant des offres telles que la chaudière, la pompe à chaleur ou l’isolation à 1 € sont encore évoqués par 3 % des personnes interrogées.

 

L’UFC-Que choisir a elle-même pointé du doigt cette méconnaissance des dispositifs existants, en mettant en cause notamment le manque de clarté de l’information. Les recherches autour de la rénovation énergétique sont ainsi le plus souvent réalisées sur Internet, et rarement auprès d’organismes publics tels que France Rénov, remplaçant Faire.fr depuis le 1er janvier 2022, ou encore l’Anah et ses antennes locales.

Finalement, ces différentes études auprès des Français révèlent que la population n’est, en général, pas réfractaire au concept de travaux pour la rénovation énergétique de leurs logements. La plupart se révèlent même partisans d’une plus grande fermeté pour inciter les propriétaires d’habitations énergivores à engager des travaux.

Si l’État a une nouvelle fois renforcé ses ambitions pour atteindre la neutralité carbone, via son Plan de relance sur les “rénovations performantes, complètes et compatibles BBC” pour 2021-2022, ces dernières sont freinées par des réticences principalement d’ordre budgétaire. Les résultats de ces différentes enquêtes donnent alors à penser que l’information sur ces aides financières manque encore de clarté voire de visibilité auprès des particuliers. Un fait qui impose de trouver des solutions efficaces, pour espérer atteindre l’objectif final : la neutralité carbone du parc immobilier français, à l’horizon 2050 !

Besoin de réaliser des travaux ? Confiez-nous votre projet !

IZI by EDF, c’est l’engagement pour des travaux réussis, des aides déduites de votre devis et un conseiller dédié pour votre chantier.

Demander un devis
À lire également
Une question ?
Veuillez valider le captcha
0 Commentaire