Rénovation énergétique et construction Hygrométrie : guide complet pour plus de confort dans votre logement

Hygrométrie : guide complet pour plus de confort dans votre logement

Hygrométrie : guide complet pour plus de confort dans votre logement

Vous avez constamment de la buée sur vos fenêtres ? Votre linge ne sèche pas et vous êtes obligé de chauffer excessivement pour avoir chaud ? Il est probable que le taux d’humidité de votre maison soit beaucoup trop élevé !

Aération, isolation ou encore changement de vos fenêtres, de nombreuses solutions s’offrent aujourd’hui à vous pour y mettre fin et gagner en confort. Suivez le guide pour toutes les connaître !

1. Définition de l'hygrométrie : qu'est-ce que c'est et comment ça fonctionne ?
2. Comment mesurer le taux d'humidité d'une maison ?
3. Maison humide : comment réduire le taux d'hygrométrie ?
4. Les aides pour protéger votre logement de l'humidité

Définition de l'hygrométrie : qu'est-ce que c'est et comment ça fonctionne ?

En météorologie, l’hygrométrie est la branche chargée de mesurer le taux d’humidité contenu dans l’air. Celle-ci s’applique aussi, plus spécifiquement, au degré d’humidité présent dans une maison.

Pour la calculer, il faut prendre en compte la proportion d’eau à l’état gazeux, autrement dit la vapeur d’eau, présente dans l’air ambiant. Il existe trois formes d'hygrométrie :

    • L’humidité spécifique : il s’agit de la proportion de vapeur d’eau dans un volume d’air humide. On l’exprime en masse par volume.

    • L’humidité absolue : elle concerne le rapport entre deux masses. D’un côté celle de l’eau à l’état gazeux présente dans un volume d’air, de l’autre celle du volume d’air sec.

    • L’humidité relative : c’est celle qui est utilisée pour calculer le niveau d’humidité d’une maison. Il s’agit de l’humidité absolue, pour une température donnée, vis-à-vis d’une valeur maximale. Elle s’exprime en pourcentage.

L'hygrométrie varie selon la température de l’air. Dans une maison, plus la température est basse, plus il y a de risque de voir apparaître de la condensation, à cause des nombreuses sources de chaleur.

Comment mesurer le taux d'humidité d'une maison ?

Un taux d’humidité trop élevé peut vite amener de nombreux problèmes au cœur d’une habitation, en plus de provoquer un véritable inconfort pour les habitants. C’est pourquoi il faut veiller à ce que celui-ci reste stable, sans quoi plusieurs dégâts peuvent apparaître.

Quel est le taux d'humidité idéal pour une maison saine ?

Bien que ce dernier dépend de nombreux facteurs, il est le conseillé de surveiller, celui-ci pouvant mener à des soucis de santé ou endommager votre logement. Pour le confort des habitants, les normes européennes conseillent un degré d’hygrométrie situé entre 30 et 70 % (pour 20°C) :

    • En dessous de 30 %, il s’agit d’un air très sec pouvant irriter les yeux et assécher la gorge ainsi que la peau.

    • Un fort taux d’humidité situé au-dessus de 70 % peut, au contraire, entraîner de la condensation sur vos surfaces vitrées et de la moisissure. De plus, elle peut aussi provoquer des problèmes respiratoires comme de l’asthme ou des allergies.

Néanmoins, les professionnels de santé situent plutôt le taux d’humidité idéal d’une maison entre 40 et 60 %, pour que l’air soit suffisamment sain.

Pour connaître l'hygrométrie de votre habitation, munissez-vous d’un appareil ressemblant à un thermomètre : l’hygromètre. Installez-le loin de toute source de chaleur (radiateur, cheminée…) pouvant fausser les résultats et laissez-le au même endroit plusieurs heures. Un professionnel peut aussi effectuer un diagnostic plus poussé, en mesurant la teneur en eau.

L’info IZI
Certains thermostats d’ambiance incluent le calcul du taux d’humidité de votre maison !

Les signes d'un taux d'humidité trop élevé

Vous vous demandez si votre degré d’hygrométrie est trop élevé ? Avant même de procéder à une mesure, plusieurs facteurs peuvent déjà vous alerter !

👉 La condensation

On peut l’observer par exemple dans une salle de bain. Elle survient au moment où l’eau passe d’un état gazeux à liquide. Elle apparaît lorsque l’air est saturé en vapeur d’eau et devient alors liquide au contact de parois froides, comme un miroir ou des fenêtres. Plus généralement, celle-ci apparaît dans les maisons mal isolées ou mal ventilées.

À l’intérieur d’une maison, la condensation peut avoir de nombreuses origines :

    • Une douche ou un bain chauds ;

    • Des aliments en cours de cuisson ;

    • Du linge en train de sécher ;

    • Le corps humain lorsque les cheveux sèchent, ou simplement la respiration.

Si vous observez constamment de la buée sur vos fenêtres sans qu’il n’y ait de source visible, c’est un signe que le taux d’humidité est trop élevé. De même, de la moisissure sur les murs ou du linge qui ne sèche pas sont des indices qui doivent vous alerter.

👉 Les remontées capillaires

Le terrain de votre habitation peut parfois être très humide au point que l’eau se fraye un chemin jusqu’à vos murs. Ce phénomène est appelé la remontée d’humidité par capillarité. Celle-ci peut être aussi bien due à la porosité des matériaux de construction de votre logement qu’à la présence d’eau en dessous.

Pour savoir si vous êtes concernés par ce phénomène, observez vos murs :

    • Des tâches blanches peuvent apparaître, dues aux sels hygroscopiques.

    • Au pied, des vagues d’humidité sont visibles. Si vous les touchez, celles-ci sont humides.

    • De la moisissure peut aussi être présente.

Dans le cas de remontées capillaires, il convient de faire appel à un professionnel pour régler le problème.

👉 Des murs et plafonds abîmés

Du papier peint qui se décolle, de la peinture qui gonfle ou craque… Ce sont des signes rarement trompeurs d’un degré d’hygrométrie trop élevé. La moisissure peut, par ailleurs, se nicher en dessous.

Au plafond, celle-ci est observable par des tâches de décoloration. Attention, des meubles collés contre les murs peuvent favoriser l’apparition de ces désagréments, en gênant la circulation de l’air.

Maison humide : comment réduire le taux d'hygrométrie ?

Maison humide : comment réduire le taux d'hygrométrie ?

Ouvrir la fenêtre 10 minutes par jour, mettre un déshumidificateur… Tout ça ne suffit plus pour lutter efficacement contre l’humidité installée dans votre logement ? Le mieux reste alors de procéder à des travaux de rénovation ! Ces derniers permettent de protéger durablement votre maison des dégâts matériels liés à l’humidité et augmentent votre confort.

Revoir la ventilation du logement

Dans les salles de bain, les pièces les plus humides des maisons avec la cave, l’installation d’une VMC peut régler votre problème ! La ventilation est souvent un des meilleurs moyens de contrer un taux d’humidité trop élevé.

Si une ventilation simple peut suffire pour renouveler l’air de vos pièces, le mieux reste la VMC à double flux. En plus de vous permettre de contrôler le niveau d’humidité de vos pièces, cette dernière permet aussi de limiter les déperditions de chaleur.

Vérifiez aussi que la grille d’aération de vos fenêtres n’est pas obstruée !

Vérifier son isolation thermique

Très souvent, améliorer l’isolation thermique de vos murs permet de réduire l’humidité, en limitant l’effet de paroi froide. De plus, celle-ci permet d’augmenter l’étanchéité à l’eau.

Si vous souhaitez isoler un mur particulièrement humide, faites appel à un professionnel. Celui-ci se chargera de trouver l’origine de l’humidité et vous conseillera le type d'isolant adéquat selon la situation. De plus, il est nécessaire d’assainir et de sécher vos murs avant de les isoler, afin qu’il n’y ait pas ou plus de zone d’infiltration. Auquel cas, celle-ci pourrait aggraver le phénomène.

Selon la pièce concernée par l’humidité et son origine, il est recommandé de procéder soit à une isolation des murs par l’intérieur (ITI), soit par l’extérieur (ITE). Pensez bien aussi à l’isolation de votre toiture (rampants et combles perdus), qui est un vecteur d’humidité important.

Remplacer ses anciennes fenêtres

Vos menuiseries sont anciennes ? Il est possible qu’elles ne soient plus suffisamment étanches à l’eau ou qu’un simple vitrage favorise la condensation.

C’est pourquoi il est souvent nécessaire de changer ses fenêtres pour de nouvelles, plus performantes. L’intérêt principal de ce remplacement est de lutter contre les ponts thermiques et les infiltrations, pour protéger votre intérieur de l’humidité extérieure.

La mise en place d’un meilleur vitrage limite aussi les zones froides sur lesquelles de la condensation peut apparaître. Optez pour du double ou du triple selon la région où vous vivez et l’exposition de votre fenêtre. Bien choisir votre vitrage est en effet essentiel dans votre choix de nouvelles fenêtres !

Les aides pour protéger votre logement de l'humidité

L’isolation, le changement de VMC et de fenêtres peut vite faire grimper la facture de votre rénovation énergétique ! C’est pourquoi l’État propose différentes aides financières pour vous aider dans votre projet :

Pour en bénéficier, vous devez faire appel à un artisan certifié RGE (reconnu garant de l’environnement), ce qui est le cas en passant par IZI by EDF pour vos travaux !


Ainsi, il existe plusieurs solutions pour protéger votre logement de l’humidité et maintenir un taux d'hygrométrie sain. Vous ne savez pas par où commencer vos travaux ? Faites faire un diagnostic d’humidité, celui-ci vous permet de savoir la source du problème et comment le régler !

 

Vos travaux de rénovation globale dans les règles de l'art avec IZI by EDF

Un bon confort thermique passe par un taux d'humidité sain ! C'est pourquoi nos artisans RGE en assurent la conformité lors de la mise en œuvre de vos travaux.

Demander un devis

 

0 Commentaire à propos de « Hygrométrie : guide complet pour plus de confort dans votre logement »
Laisser un commentaire
Veuillez valider le captcha
Obtenez un devis

Recevez votre devis sur-mesure sous 24h

IZI by EDF collecte ces informations personnelles en vue de vous proposer un devis. Voir notre politique de confidentialité des données.