Accueil Ventilation VMC L’installation d’une ventilation en rénovation : un point essentiel
installation d'une ventilation en rénovation
Ventilation VMC

L’installation d’une ventilation en rénovation : un point essentiel

Temps de lecture 7 min

Agathe
Agathe

Mis à jour le 13 septembre 2022

Sommaire

Savez-vous que l’air de nos maisons et de nos appartements est plus pollué que l’air extérieur ? Voilà pourquoi le renouvellement de l’air est nécessaire au sein d’un logement, et ne peut se faire que grâce à une bonne ventilation ! Or, lorsque vous engagez des travaux de rénovation, vous pouvez perturber le circuit de ventilation de votre habitation, ne serait-ce qu’en changeant vos fenêtres ou en condamnant votre cheminée. Points de vigilance, solutions de ventilation, différence entre VMC et grille d’aération… Voici les clefs pour comprendre l’importance de la ventilation dans un projet de rénovation !

Rappel : comprendre le circuit de ventilation d’un logement

Bien qu’elle soit vivement conseillée, l'aération quotidienne d’un logement n’est pas suffisante pour le ventiler et le maintenir dans un état salubre !

En effet, pour se débarrasser de la pollution intérieure causée par les produits ménagers, la poussière, ou les vapeurs de cuisson, l’air doit être renouvelé en continu. Comment ? Grâce à une bonne ventilation ! Dès lors, le principe de la ventilation est le suivant : l’air vicié est extrait depuis l'intérieur vers l’extérieur de votre habitation, tandis qu’un air sain est envoyé depuis l’extérieur vers l’intérieur.

De ce fait, la circulation de l’air au sein de votre logement repose sur un équilibre entre des entrées et des sorties d’air, principalement assurées par les grilles d’aération et la VMC :

  • Entrées d’air : grilles d'aération localisées dans les pièces principales et sèches (bureau, chambre, salon), et positionnées sur la partie haute des fenêtres et portes-fenêtres.

  • Sorties d’air : VMC simple ou double flux, situées dans les pièces humides (cuisine, salle de bain, toilettes), sur la partie haute de vos murs intérieurs.

Par ailleurs, comme la ventilation maintient l’air chaud à l’intérieur, elle maintient une bonne température au sein de votre logement. Enfin, elle régule le taux d’hygrométrie, en faisant en sorte que l’air intérieur ne soit ni trop sec, ni trop humide. Pour être réellement efficace, votre ventilation doit donc être installée dans un logement étanche et bien isolé !

Pourquoi mettre une VMC individuelle dans une maison en rénovation ?

Changer votre système de ventilation lors de la rénovation de votre logement est essentiel pour deux raisons.

D’une part, parce que vous pouvez créer un déséquilibre du circuit de ventilation initial, en condamnant ou en modifiant certaines entrées ou sorties d’air.

D’autre part, parce que les risques liés à une mauvaise ventilation peuvent avoir des conséquences néfastes sur la structure de votre logement, autant que sur votre santé.

Maintenir l'équilibre du circuit de ventilation

Lorsque vous rénovez une ancienne maison équipée de fenêtres simple vitrage et d’une cheminée, vous perturbez son circuit de ventilation. En effet, le simple vitrage constitue une entrée d’air, et la cheminée, une sortie d’air. Or, en remplaçant vos fenêtres simple vitrage par du double ou triple vitrage, vous condamnez vos anciennes entrées d’air ; c’est pourquoi vos nouvelles fenêtres doivent être équipées de grilles d’aération.

De même, lorsque vous condamnez une cheminée à foyer ouvert, vous supprimez par la même occasion une sortie d’air par tirage des inserts, jusque-là nécessaire dans le circuit de ventilation du logement. Par conséquent, la pose d’une VMC est alors nécessaire !

Éviter les risques liés à une mauvaise ventilation (humidité, défaut d’isolation…)

Par ailleurs, un air ambiant mal ventilé peut revenir trop sec, trop humide ou vicié, et avoir des répercussions néfastes sur votre logement, vos finances et votre santé :

  • Dégradation du logement : développement de moisissures surfaciques (à l’extérieur des murs) ou massiques (à l’intérieur des murs), condensation, empoussièrement.

  • Augmentation de votre facture énergétique : surconsommation de chauffage, dans la mesure où un air vicié a besoin d’être surchauffé.

  • Dégradation de la santé des habitants : problèmes respiratoires et allergies en cas d’air trop humide, maux de tête et troubles du sommeil en cas d’air trop sec.

VMC, grille d’aération… Quelles solutions de ventilation privilégier ?

Pour bien ventiler votre logement, deux solutions s’offrent alors à vous : les grilles d’aération et la VMC ! Petit tour d'horizon des différents types et modèles de ventilation.

👉 Les grilles d’aération

Placées sur la mortaise de vos fenêtres (trou percé dans la partie haute des menuiseries), les grilles d’aération laissent entrer l’air au sein de votre logement, notamment sous la pression du vent.

Dès lors, elles peuvent être de différents types :

  • Grilles classiques (ou hydrauliques).

  • Grilles acoustiques : recommandées en complément d’un vitrage phonique, ces grilles atténuent les bruits en provenance de l’extérieur.

  • Grilles hygroréglables : idéales si vous avez des problèmes d’humidité intérieure, ces grilles ont l’avantage de réguler l’arrivée d’air en fonction de l’hygrométrie de votre habitation (taux d’humidité).

👉 La ventilation mécanique contrôlée (VMC)

De son côté, la ventilation mécanique contrôlée (VMC) constitue une sortie d’air dans votre logement, puisqu’elle évacue l’air vicié vers l’extérieur grâce à des bouches d'extraction.

Ainsi, il existe aujourd’hui trois types de VMC :

  • La VMC classique ou simple flux, qui extrait l’air pollué en-dehors de votre logement. La VMC simple flux peut être autoréglable (réglage du débit d’air manuel, à l’aide d’un bouton ou d’une ficelle), ou hygroréglables (réglage automatique du débit d’air selon le taux d’humidité ambiante).

  • La VMC gaz : fonctionnant comme une VMC simple flux, elle évacue également les résidus de combustion provenant d’une chaudière au gaz (notamment le monoxyde de carbone).

  • La VMC double flux extrait l’air pollué en-dehors de votre logement, tout en y apportant un air neuf renouvelé et chauffé. Par conséquent, l’installation d’une grille d’aération n’est pas nécessaire si vous disposez d’une VMC double flux !

L’info IZI
Depuis 1982, la loi oblige les logements à être équipés d’une ventilation générale et continue, respectant un certain débit d’extraction d’air. Or, aujourd’hui, seule la VMC est capable de respecter les critères de performance imposés !

Où et comment installer une VMC dans une maison en rénovation ?

installer une ventilation dans une maison

Il est recommandé de faire appel à un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour l’installation de votre ventilation !

En effet, la pose d’une VMC est une opération complexe, nécessitant le perçage des trous d’aération, l'acheminement des gaines, l’installation des bouches d’aération, puis le raccordement des conduits verticaux.

Ainsi, un professionnel qualifié est en mesure de déterminer le positionnement idéal d’une VMC dans votre maison ! D’une manière générale, la VMC s’installe directement sur les murs de votre logement, en hauteur (au sommet du mur ou plafond), et dans les salles d’eau, idéalement juste au-dessus des sources de vapeur (gazinière, douche…). En effet, c’est dans la salle de bain, les toilettes ou la cuisine que l’air vicié a besoin d’être extrait !

Par ailleurs, l’intervention d’un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) vous permet de bénéficier de certaines aides de l’État :

- MaPrimeRénov’ pour la pose d’une VMC double flux.

- Le dispositif d’économie d’énergie (CEE), pour la pose d’une VMC simple ou double flux.

- MaPrimeRénov’ Sérénité dans le cadre d’une rénovation globale.

- L’éco-prêt à tauw zéro (éco-PTZ), à condition de remplacer votre ventilation en même temps que votre système de chauffage.

- Le taux de TVA réduit à 5,5 % pour une VMC simple flux, et à 10 % pour une VMC double flux.

 

Lorsque vous rénovez votre logement - et en particulier si vous remplacez vos anciennes menuiseries par des nouvelles -, ne négligez pas votre système de ventilation ! Ce dernier est assuré par des grilles d’aération, et/ou d’un système de VMC hygroréglable, simple flux, gaz ou double flux. En effet, une bonne ventilation permet d’assainir l’air de votre maison et de préserver votre bâti, tout en optimisant son isolation. Et, malgré l’investissement de départ qu’elle représente, elle vous permet de bénéficier d’un confort de vie optimal, tout en réalisant des économies d’énergie sur le long terme !

 

Nous répondons à vos questions sur la VMC :

Pose de VMC simple ou double flux : comment choisir ?

Le choix d’une VMC simple ou double flux dépend avant tout des caractéristiques de votre habitation : configuration, ancienneté, isolation, localisation, taille du logement…

Par ailleurs, ce choix dépend également de votre budget ! En effet, la VMC double flux est certes plus performante que la VMC simple flux, mais également plus coûteuse.

Combien coûte la pose d’une VMC dans une maison ?

Le prix d’une VMC simple flux est moins élevé qu’une VMC double flux !

Ainsi, vous pouvez compter entre 100 et 350 € pour une VMC simple flux autoréglable, et entre 150 et 450 € pour une VMC simple flux hygroréglable. De son côté, le prix d’une VMC gaz varie entre 300 et 600 €.

En tant que solution la plus performante mais aussi la plus coûteuse, la VMC double flux est un réel investissement puisqu’elle coûte entre 1 300 et 5 000 €. En revanche, l’installation de ce dispositif vous donne droit à des aides de l’État, à condition que la pose soit réalisée par un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement). Une bonne nouvelle pour les foyers aux petits budgets, souhaitant réaliser des économies d’énergie !

Quelle différence de fonctionnement entre une VMC et une ventilation naturelle ?

La ventilation par tirage naturel (VN) repose sur le principe physique suivant : comme l’air chaud est plus léger que l’air froid, il monte. Au contraire, les gaz étant plus lourds que l’air, ils restent en bas et sortent naturellement par les bouches d’aération (situées dans la partie inférieure des pièces de votre logement).

De son côté, la ventilation mécanique contrôlée (VMC) extrait l’air vicié de manière mécanique et en continu, grâce à des bouches d’extraction. Toutefois les VMC simple et double flux présentent deux fonctionnements qui leur sont propres :

- VMC simple flux : situées dans les pièces humides (salle de bain, cuisine, toilettes) les bouches d’extraction aspirent l’humidité ambiante ainsi que l’air vicié, qui traversent ensuite les gaines jusqu'au moteur, avant d’être expulsés vers l’extérieur.

- VMC double flux : elle se compose d’un échangeur de température et de deux systèmes de gaines (l’un pour l’air entrant, l’autre l’air sortant). Ce dispositif présente alors un double avantage, puisque l’air vicié est aspiré depuis l’intérieur, tandis que de l’air sain est aspiré depuis l’extérieur. Les deux airs sont alors filtrés et mélangés, afin qu’un air sain et chaud puisse être renvoyé vers l’intérieur du logement.

Enfin, pour assurer le bon fonctionnement de votre VMC, n'oubliez pas de l'entretenir régulièrement (eau chaude, savon ou autres produits d’entretien), et de faire appel à un professionnel pour un entretien complet tous les 3 ans.

À lire également
Une question ?
Veuillez valider le captcha
0 Commentaire