Chaudières gaz Vocabulaire technique de la Plomberie et du Chauffage

Vocabulaire technique de la Plomberie et du Chauffage

Lexique de la Plomberie et du Chauffage

Vous souhaitez changer votre système de chauffage mais êtes un peu perdu au milieu de tous les termes techniques ? Pas de panique ! Voici le lexique de la plomberie et du chauffage pour bien vous repérer et choisir sereinement votre nouvel équipement.

Convection, calories, déphasage… Le fonctionnement du chauffage

Convection, calories, déphasage… Le fonctionnement du chauffage

Diffusivité, inertie, fluide caloporteur… Pour mieux comprendre comment fonctionnent les différents systèmes de chauffage, il faut d’abord maîtriser quelques rudiments thermiques ! En effet, ces derniers sont parfois mis en avant pour indiquer les performances d’un appareil.

Voici un récapitulatif des grandes notions à connaître pour ne pas se perdre !

La thermique

Les différents modes de chauffage augmentent la température à l’intérieur d’une habitation grâce à un transfert thermique. C’est-à-dire un échange de chaleur entre deux systèmes, comme l’eau chauffant grâce au soleil. Il en existe trois types :

    • La conduction désigne un échange de chaleur entre deux solides. C’est par exemple le cas d’aliments qui chauffent au contact d’une poêle.

    • La convection concerne les échanges de chaleur liés aux mouvements de gaz et de liquide. C’est elle qui permet à un feu de cheminée de chauffer toute une pièce.

    • Le rayonnement est un transfert qui se réalise dans le vide, l’exemple le plus connu étant le soleil qui chauffe la peau, l’eau ou encore le sol.

Au-delà de ces transferts thermiques, trois phénomènes entrent en jeu pour obtenir du chauffage au sein d’un logement :

👉 L’effusivité, soit les propriétés, plus ou moins rapides, d’un matériau, à restituer la chaleur.

👉 La diffusivité thermique, qui désigne la rapidité à laquelle une calorie se diffuse dans chaque point du matériau et permet de connaître sa capacité à chauffer de manière homogène.

👉 Le déphasage thermique, qui désigne le décalage de température entre l’intérieur et l’extérieur du matériau.

Ces trois grands principes thermiques permettent d’obtenir l’inertie thermique. Cette dernière désigne la capacité d’un bâtiment ou d’un matériau à capter, conserver puis restituer la chaleur.

Captation et diffusion de la chaleur

Si les principes thermiques permettent de comprendre comment chauffent les différents matériaux et l’intérieur des logements, il faut néanmoins prendre en compte la façon dont les appareils de chauffage captent la chaleur et la restituent ensuite.

Les pompes à chaleur, comme les chaudières à gaz, captent des calories pour pouvoir réchauffer le réseau de chauffage. En thermique, la calorie est une unité de mesure qui désigne la quantité de chaleur nécessaire afin d’élever la température d’un gramme d'eau de 1°C, soit de 14,5 à 15,5°C, avec une pression atmosphérique normale.

Une fois celles-ci captées, la chaleur émise par le système central est restituée à l'intérieur des habitations par le biais d’un fluide caloporteur. Il s’agit d’un gaz ou d’un liquide, le plus souvent de l’eau, diffusant la chaleur accumulée en circulant dans les tuyaux du réseau de chauffage.

Pour limiter les pertes de chaleur, le temps que le fluide caloporteur chauffe l’intérieur du logement, les tuyaux sont revêtus d’un isolant thermique assurant le calorifugeage. C’est-à-dire, la limitation des déperditions thermiques.

Les déperditions thermiques, que l’on retrouve aussi en isolation, désignent de ce fait les pertes de chaleur et la quantité d’énergie que doit mettre en place le système central pour les couvrir.

Les appareils de chauffage et leur composition

Les appareils de chauffage et leur composition

Connaître les principaux éléments qui composent une pompe à chaleur ou une chaudière peut vous aiguiller dans votre choix lors de votre achat. Pour s’y retrouver, voici un résumé rapide des composants de ces deux systèmes de chauffage !

La composition d’une chaudière

Lorsque l’on souhaite changer sa chaudière, il est important de connaître la différence entre les deux modèles actuellement proposés à la vente, mais aussi certains éléments comme le type d’évacuation, qui peut influencer l’achat final.

🔎 Les deux types de chaudières existantes

Il existe aujourd’hui deux systèmes de chaudières à gaz (celles exclusivement au fioul étant interdites à la vente à partir de 2022) que vous pouvez installer lors de vos travaux de rénovation :

👉 La Bas NOx, anciennement appelée basse température. Celle-ci chauffe l’eau à une température inférieure à 60°C, sans toutefois détériorer le confort thermique. Celle-ci ne peut toutefois pas être installée au sein d’un logement individuel.

👉 La chaudière à condensation récupère la chaleur de combustion mais également celle présente dans les fumées, afin de préchauffer l’eau du réseau de chauffage. Il s’agit d’une chaudière à très haute performance énergétique (THPE), avec un rendement minimum de 92 % pouvant même atteindre 109 à 110 %.

🔎 Les différentes parties de la chaudière

Qu’elle soit Bas NOx ou à condensation, une chaudière est constituée des différentes pièces suivantes :

    • Un corps de chauffe : il s’agit de la partie principale où est produite la chaleur puis retransmise ensuite.

    • Un brûleur pour produire la chaleur. Il assure un mélange entre le combustible (gaz ou fioul) et l’oxygène pour obtenir une combustion.

    • Un clapet anti-retour afin que le fluide caloporteur ne circule que dans un sens.

    • Une évacuation soit par un conduit de cheminée classique, la chaudière captant son air dans la pièce où elle est installée, soit par une ventouse. L’air est dans ce cas capté à l’extérieur et les fumées sont évacuées à travers le mur ou le toit. Celles-ci sont le résultat de la condensation de l’eau et des gaz brûlés, qui se retrouvent alors sous forme de particules. Ce sont ces dernières qui passent par le conduit d’évacuation.

    • Une vanne trois voies pour adapter la puissance envoyée aux radiateurs en fonction de la température demandée.

    • Un vase d’expansion afin de récupérer l’excédent d’eau suite à la dilatation thermique. Celle-ci augmente en effet le volume d’eau et provoque un surplus de pression. Le vase protège ainsi l’installation et évite le gaspillage d’eau par le groupe de sécurité.

Certaines chaudières sont aussi équipées d’un échangeur à plaques qui permet d’avoir de l’eau chaude sanitaire rapidement, sans avoir de ballon d’accumulation.

Enfin, pour évacuer les eaux issues de la condensation, appelées condensats, un conduit spécifique est nécessaire. Celles-ci étant légèrement acides, un tuyau en PVC se charge de les conduire vers le conduit des eaux usées du logement.

La pompe à chaleur en détail

Il existe plusieurs modèles de pompes à chaleur, reposant sur une différence de captation de la chaleur. Cette différence peut non seulement influencer votre achat mais aussi son fonctionnement.

🔎 Les deux captations de chaleur

S’il existe désormais trois types de pompes à chaleur (aussi appelées pac), ces dernières utilisent deux types de transferts thermiques pour puiser les calories :

👉 L’aérothermie, utilisée par les pac air/air et air/eau. Les calories sont alors captées dans l’air extérieur. La pompe air/air diffuse ensuite la chaleur par l’air tandis que la air/eau le diffuse dans l’eau.

👉 La géothermie qui permet de les capter dans le sol. Cette dernière est utilisée par la pompe à chaleur géothermique.

🔎 L’intérieur de la pompe à chaleur

Qu’elles utilisent la géothermie ou l’aérothermie, les pompes à chaleur sont toutes constituées :

    • De fluide frigorigène qui est utilisé pour transférer les calories. À l’origine sous forme liquide, la pompe à chaleur le transforme en gaz afin que ses vapeurs chauffent l’eau du réseau.

    • Un évaporateur qui fait basculer le fluide de l’état liquide à gazeux pour obtenir une vapeur basse pression.

    • Un compresseur qui aspire cette vapeur et augmente sa pression ainsi que sa température.

    • Un condenseur qui vient ensuite le retransformer en liquide haute pression. C’est durant ce processus que la chaleur est transmise à l’eau de chauffage.

    • Un détendeur qui a pour rôle ensuite d'abaisser la pression.

Selon leur mode de fonctionnement ensuite, les pompes à chaleur peuvent être équipées :

👉 De capteurs qui sont chargés de récupérer les calories dans le sol.

👉 D’un ventilateur, afin de capter les calories dans l’air extérieur.

Le glossaire des radiateurs

Si par abus de langage le radiateur désigne souvent l’appareil qui émet la chaleur au sein du foyer, car il est celui que l’on croise le plus souvent, il en existe en réalité plusieurs sortes, selon vos besoins et votre choix de système de chauffage.

🔎 La diffusion de la chaleur

Afin de diffuser la chaleur au cœur de votre habitation, vous utilisez des émetteurs. Ils peuvent alors être reliés au système de chauffage central.

C’est par exemple le cas des classiques radiateurs ou du plancher chauffant, qui diffusent la chaleur depuis le sol de votre habitation.

La pompe à chaleur air/air, quant à elle, restitue la chaleur à l’intérieur du logement par le biais de ventilo-convecteurs. Ces derniers, fixés en bas du mur comme les radiateurs, soufflent de l’air chaud dans le logement, voire de l’air frais dans le cas d'une climatisation réversible pouvant chauffer en hiver et rafraîchir en été.

Dans certains cas, la chaleur ou l’air frais sont restitués par le biais d’une unité intérieure, aussi appelée split. La différence avec les ventilos-convecteurs réside dans leur emplacement, le split étant situé en haut des murs.

Vous n’avez pas de système central et avez opté pour des radiateurs électriques ? Vous avez alors le choix entre deux types d’appareil :

👉 Celui avec convecteur, qui utilise une résistance électrique afin de rapidement chauffer.

👉 Le modèle à inertie, souvent constitué de fonte ou céramique, qui chauffe grâce à un fluide caloporteur.

🔎 L’entretien

Pour les émetteurs liés au système central, il peut arriver que de la boue se forme à l’intérieur des canalisations du réseau de chauffage et vienne obstruer les radiateurs. Cette dernière se forme à cause de la corrosion et du calcaire présents dans les tuyaux.

Il faut alors procéder à un désembouage, qui permet de nettoyer la boue présente dans le réseau de chauffage, soit en injectant un produit dans le réseau de chauffage, soit en envoyant de l’eau sous haute pression.

Pour limiter les recours au désembouage, il est conseillé d’installer un pot à boue. Celui-ci, installé sous la chaudière, permet de protéger le réseau de chauffage contre les impuretés sur le long terme.

Pour savoir si vous devez procéder à un désembouage, un purgeur est disponible sur le côté du radiateur. Celui-ci vous permet de prélever un peu d’eau et contrôler sa clarté. Si celle-ci est sombre, un désembouage est de rigueur ! La purge est aussi un bon moyen d'éliminer l’air qui s’est accumulé dans les tuyaux.

Le lexique de la plomberie et du chauffage peut vous être utile lorsque vous souhaitez changer votre système de chauffage ! Il permet de mieux comprendre les différents fonctionnements existants, mais aussi de mieux vous orienter pour choisir un équipement qui correspond à vos besoins et à votre logement.

 

Besoin de changer votre système de chauffage ?

Contactez nos experts IZI by EDF ! Ils vous accompagnent tout au long de votre projet afin de choisir le mode de chauffage le plus adapté à vos besoins.

Demander un devis

 

0 Commentaire à propos de « Vocabulaire technique de la Plomberie et du Chauffage »
Laisser un commentaire
Veuillez valider le captcha
Comment choisir sa chaudière ?
Obtenez un devis

Recevez votre devis sur-mesure sous 24h

IZI by EDF collecte ces informations personnelles en vue de vous proposer un devis. Voir notre politique de confidentialité des données.