Chaudières gaz Quel avenir pour le chauffage au gaz ?

Quel avenir pour le chauffage au gaz ?

Avenir du chauffage au gaz en France

Vous souhaitez remplacer votre chaudière au gaz mais, suite à la mise place de la RE2020, vous vous demandez si c’est une bonne idée ? Cette énergie, très répandue chez les ménages français, génère de grandes quantités d'émissions de gaz à effet de serre. Dans ces conditions, il est raisonnable de se questionner sur l’avenir du chauffage au gaz. Pourtant, si le climat semble défavorable, cette énergie n’a pas dit son dernier mot !

1. Réglementation : le chauffage au gaz pas totalement interdit
2. Biogaz, hydrogène : le futur des chaudières au gaz
3. Faut-il effectuer un remplacement de sa chaudière au gaz ?

Réglementation : le chauffage au gaz pas totalement interdit

Le gaz étant une énergie fossile, il entre en contradiction avec la transition énergétique. C’est pourquoi la nouvelle réglementation énergétique RE2020 interdit l’usage du chauffage au gaz, dès son entrée en vigueur en janvier 2022. Si cette mesure peut, de fait, remettre en question l’avenir de ce mode de chauffage, celui-ci reste toujours autorisé sous certaines conditions !

Une interdiction dans les logements neufs

Afin de minimiser la consommation énergétique des bâtiments et le rejet de CO2, l’utilisation du chauffage au gaz est désormais interdite dans les maisons neuves et individuelles. Néanmoins, cette énergie peut encore être utilisée dans le neuf, sous certaines conditions :

    • Il est possible d’utiliser une solution hybride, composée d’un système de chauffage au gaz si celui-ci est en complément d’une autre installation principale.

    • Les habitations collectives neuves sont autorisées à mettre en place des appareils au gaz jusqu’en 2024.

    • Les permis d'aménager obtenus avant la mise en place de la nouvelle réglementation, dans le cadre d’un projet de construction incluant une installation au gaz, ouvrent le droit à un permis de construire jusqu’à 2023.

Les chaudières gaz toujours autorisées en rénovation

Si votre logement est déjà équipé d’une chaudière au gaz, la nouvelle réglementation RE2020 ne vous impose pas de changer d’énergie ! Ainsi, les 11 millions de foyers français déjà raccordés au gaz naturel, peuvent le rester.

Vous pouvez installer une nouvelle chaudière au gaz dans les conditions suivantes :

    • Si votre logement dispose déjà d’une installation au gaz, il est alors possible de la remplacer par un équipement plus performant ou récent.

    • Dans le cas inverse, il est possible de faire un raccordement sur un compteur gaz.

    • À la différence du fioul, dont la chaudière ne peut plus être remplacée en cas de panne, celle au gaz peut tout à fait être changée.

Découvrez nos chaudières au gaz

[sliderShortcode product1="54" product2="388" product3="300"]

Biogaz, hydrogène : le futur des chaudières au gaz

En imaginant que, dans les années futures, l’utilisation du gaz naturel soit définitivement et complètement interdite, ce moyen de chauffage ne serait pas obsolète pour autant ! En effet, il existe des gaz d’origine renouvelable, souvent appelés gaz verts, qui s’implantent d’ores et déjà dans le réseau de distribution actuel.

Bien que pour le moment, les chaudières utilisent principalement du gaz fossile, les propriétés de cette énergie font qu’il est possible de l’obtenir à partir de différents composés. Le gaz renouvelable permet ainsi de disposer des atouts du chauffage au gaz, avec un bilan carbone neutre.

👉 Le biométhane

Certainement le gaz vert le plus connu, le biométhane est obtenu à partir de la fermentation de matières organiques et déchets biogènes. Il s’agit d’un biogaz épuré ayant les mêmes propriétés que le gaz naturel. En plus d’être une solution d’avenir pour le chauffage, cette solution permet aussi de valoriser les déchets.

👉 L’hydrogène

Cet élément chimique est présent en abondance dans la nature, dans les déchets organiques ou encore dans l’eau. Il est le plus souvent obtenu par craquage du méthane ou électrolyse de l’eau.

👉 Le procédé Power to Gas

Cette solution permet de transformer l’excès d’hydrogène obtenu par les énergies renouvelables, comme les éoliennes, initialement pour produire de l’électricité, en gaz. En le combinant à du dioxyde de carbone, ce procédé permet d’obtenir du méthane, exploitable pour le réseau de gaz.

L’info IZI
Les chaudières gaz à condensation permettent déjà d’injecter un certain pourcentage de biométhane ou d’hydrogène dans votre chauffage !

Faut-il effectuer un remplacement de sa chaudière au gaz ?

Faut-il remplacer sa chaudière ?

Bien que l’avenir du gaz en France ne semble pour le moment pas en danger, face à l’évolution des prix et aux diverses réglementations, il est légitime de se demander s’il est nécessaire de remplacer son système de chauffage central. Néanmoins, de nombreux critères sont à prendre en compte pour qu’une nouvelle installation soit avantageuse :

    • Le prix du gaz, qui en 2021 est en augmentation à cause de la conjoncture actuelle, mais dont les tarifs devraient revenir à la normale en 2023.

    • Le prix de la nouvelle installation, qui sera plus intéressant si votre chaudière accuse déjà un certain nombre d’années.

    • Le coût sur le long terme, si vous êtes relié au gaz de ville, il est parfois plus avantageux de simplement changer pour une chaudière avec un meilleur rendement, qui vous permettra d’effectuer des économies d’énergie.

Si toutefois, il vous semble préférable de changer votre système de chauffage au gaz pour un autre, il existe aujourd’hui plusieurs solutions.

👉 La pompe à chaleur air/eau

Très plébiscitée aujourd’hui, la pompe à chaleur air/eau présente l’avantage de pouvoir utiliser votre circuit de chauffage existant ! Elle puise son énergie dans l’air et la retransmet à l’eau qui est ensuite distribuée dans les radiateurs ou le plancher chauffant.

Plutôt onéreuse (12 500 € en moyenne), son achat se révèle avantageux si votre chaudière est vieillissante. À noter que son acquisition ouvre le droit à plusieurs subventions. Si vous vivez en appartement, il est nécessaire de disposer de l’autorisation de votre copropriété pour l’installer.

Découvrez nos pompes à chaleur air/eau

[sliderShortcode product1="484" product2="44" product3="431"]

👉 La pompe à chaleur air/air

Aussi appelée climatisation réversible, cette installation n’utilise pas vos radiateurs mais des ventilo-convecteurs. L’hiver, elle chauffe votre intérieur en captant les calories dans l’air et en soufflant de l’air chaud, tandis que l'été, elle souffle de l’air frais.

Moins onéreuse que la PAC air/eau, la pompe à chaleur air/air ne permet néanmoins pas de bénéficier d’aides financières dans le cadre d’une remplacement de chaudière au gaz.

Découvrez nos pompes à climatisations réversibles

[sliderShortcode product1="443" product2="478" product3="442"]

👉 La chaudière biomasse

Bien que plus rare, cet appareil de chauffage au bois gagne en notoriété, du fait de son utilisation d’une ressource renouvelable. Il existe pour le moment deux types de modèles : automatiques et manuels.

La chaudière biomasse est cependant dotée d’un inconvénient majeur, le volume important qu’elle occupe. De plus, il est nécessaire de stocker les combustibles, demandant donc de disposer d’un grand espace.


Ainsi, l’avenir du chauffage au gaz n’est pas aussi sombre que l’on pourrait le croire ! Si cette énergie est désormais plutôt cantonnée à la rénovation, plusieurs solutions existent, comme l’installation hybride ou de gaz vert, pour continuer à chauffer votre intérieur avec cette énergie.

 

Vous souhaitez changer votre chaudière ?

Chez IZI by EDF, nos conseillers vous accompagnent tout au long de votre projet, afin d'opter pour la chaudière qui correspond à vos besoins !

Demander un devis

 

0 Commentaire à propos de « Quel avenir pour le chauffage au gaz ? »
Laisser un commentaire
Veuillez valider le captcha
Comment choisir sa chaudière ?
Obtenez un devis

Recevez votre devis sur-mesure sous 24h

IZI by EDF collecte ces informations personnelles en vue de vous proposer un devis. Voir notre politique de confidentialité des données.