Accueil Pompes à chaleur Pompe à chaleur air/eau : quel retour sur investissement ?
Quel retour sur investissement avec la PAC ?
Pompes à chaleur

Pompe à chaleur air/eau : quel retour sur investissement ?

Temps de lecture 9 min

Valentine
Valentine

Mis à jour le 13 septembre 2022

Sommaire

La flambée du prix des énergies fossiles en 2022 a fortement bousculé les exigences des particuliers, dans le choix de leurs équipements de chauffage. Voulant sortir du fioul ou du gaz naturel, les Français se tournent de plus en plus vers des appareils vertueux et économes, à l’exemple de la pompe à chaleur.

Ce souci de réaliser des économies d’énergie amène alors une question récurrente chez les potentiels acheteurs : quelle est la rentabilité d'une pompe à chaleur, par rapport à un système fonctionnant aux "anciennes" énergies ?

Une question complexe, qui ne peut se satisfaire d’une réponse unique. IZI by EDF vous démontre pourquoi cette question est plus compliquée qu’elle n’y paraît. Découvrez les critères à prendre en compte pour que votre pompe à chaleur puisse réellement avoir une incidence sur vos futures factures énergétiques.

Quels points de vigilance pour réaliser des économies avec sa PAC ?

Installer une pompe à chaleur chez soi, pour son chauffage ne peut se faire sur un coup de tête ou pour suivre une "tendance" ! En effet, par souci de réduire leurs factures alors que le prix des énergies fossiles est en hausse régulière, les particuliers s’engagent dans un projet d’installation de pompe à chaleur avec un objectif majeur : réaliser des économies.

Certes, cet équipement s’alimente principalement avec une énergie renouvelable : les calories présentes dans l’air ou dans le sol. La rentabilité d'une pompe à chaleur est également attendue grâce à d’excellentes performances énergétiques et un très bon rendement. Cependant, ces qualités sont visibles uniquement si votre installation de chauffage répond à des considérations à prendre préalablement en compte, avant toute installation.

Situation géographique et climat

Les pompes à chaleur aérothermiques, air/eau ou air/air, sont les modèles les plus couramment utilisés. Ces derniers fonctionnent en prélevant les calories naturellement présentes dans l’air pour chauffer l'intérieur de votre logement. Ceci rend donc votre équipement tributaire des conditions météorologiques de votre région de résidence.

En effet, certains modèles de pompes à chaleur ne suffiront pas à couvrir vos besoins en chauffage, si vous logez dans une région aux hivers rigoureux, avec des températures extérieures très basses.

L’isolation de votre maison

Dans le cadre d’un projet de rénovation énergétique, l’isolation d’un logement représente une part importante du chantier global, pour réduire les déperditions thermiques. Si votre maison n’est pas habillée d’une isolation performante de ses combles ou de ses murs, vous perdez une part importante de la chaleur produite. La pompe à chaleur doit alors fonctionner à plein régime et en continu pour tenter de répondre à vos besoins.

C’est pour cette raison, notamment, que nos experts IZI by EDF s’intéressent d’abord à l’isolation de votre habitation, avant d’évaluer la faisabilité d’un projet d’installation d’une pompe à chaleur. Aussi puissante soit-elle, une pompe à chaleur ne peut pas vous permettre de réaliser des économies d’énergie et de chauffer correctement votre logement, si la couverture thermique est inexistante.

Typologie du foyer

Le choix de votre pompe à chaleur dépend aussi de différents facteurs internes à votre foyer : quelle superficie et volume sont à chauffer ? Combien de personnes vivent sous votre toit ? La PAC doit-elle couvrir uniquement vos besoins en chauffage ou également la production d’eau chaude sanitaire ?

Les émetteurs de chaleur sont également à prendre en compte : radiateurs en fonte ou en acier, plancher chauffant…

Découvrez une sélection de nos pompes à chaleur air/eau :

[sliderShortcode product1="454" product2="413" product3="328"]

Efficacité et performances de l’appareil

Le choix et la rentabilité d’une pompe à chaleur ne dépendent pas uniquement de la marque de l’appareil et de son design ! Différents critères sont à prendre en compte pour évaluer ses performances :

  • Le coefficient de performance (COP) :

    il s’agit du rapport entre la quantité de chaleur produite et l’électricité consommée pour chauffer votre logement. Ce COP est variable en fonction du type de pompe à chaleur et affiche un rendement oscillant entre 2 et 6. Cette donnée est calculée dans les laboratoires de développement des fabricants, pour un fonctionnement avec une température extérieure généralement fixée à + 7°C.

  • Les labels :

    Il est conseillé de se tourner vers des modèles de pompes à chaleur dotés de labels garantissant leur qualité, une bonne durée de vie et l’assurance de répondre aux normes et exigences françaises et européennes. Le label NF PAC assure la bonne conformité de l’équipement. Sinon, la certification Eurovent compare les caractéristiques techniques des appareils et permet de vérifier la conformité des performances revendiquées par les fabricants.

    À noter, pour le choix d'un artisan qualifié et connaissant bien le produit, il est utile de faire appel à un professionnel QualiPAC, une certification créée par l'AFPAC (Association française pour les pompes à chaleur) et assurant une bonne installation et un suivi après pose de votre équipement.

  • La performance saisonnière :

    SCOP pour la production de chaleur, ou SEER pour le refroidissement (PAC air/air), cet indicateur permet d’évaluer le coefficient de performance de l’appareil sur toute une période de chauffe (ou de climatisation). Ce calcul prend en compte des indicateurs complémentaires tels que la température de départ d’eau dans le circuit de chauffage, ou encore les températures relevées dans trois climats représentatifs en Europe.

Enfin, il est nécessaire de rappeler le rôle important du bon entretien de votre PAC pour assurer sa longévité et son bon fonctionnement dans la durée.

Différentes PAC, pour différents niveau de rentabilité

Il existe plusieurs modes de fonctionnement pour la pompe à chaleur : l’aérothermie (PAC air/eau ou air/air) et la géothermie (sol/eau, eau/eau). Le choix entre ces différentes configurations dépend, entre autres, du type d’émetteurs déjà présents chez vous, mais aussi de la surface à chauffer et du terrain où se trouve votre logement.

L'aérothermie implique le prélèvement des calories présentes naturellement dans l'air extérieur pour la production de chaleur. Ainsi, la pompe à chaleur air/eau est la plus simple à installer dans le cas d’un remplacement de chaudière traditionnelle fonctionnant au gaz ou fioul en maison individuelle, en raccordant au circuit de radiateurs et/ou à votre plancher chauffant. En moyenne, comptez entre 10 et 15 000 € de budget (hors aides financières).

La PAC air/air, quant à elle, est idéale pour remplacer d’anciens radiateurs électriques, en installant des splits ou consoles sur les murs, ou encore en réseau gainable encastré dans un faux plafond. Pour une installation dans 3 ou 4 pièces de votre maison, comptez environ 10 000 € de budget (peu d’aides financières existent). Inconvénient : ce système ne peut assurer la production d'eau chaude sanitaire.

La pompe à chaleur géothermique a la particularité de fonctionner en récupérant les calories directement dans le sol (PAC sol/eau) ou dans l’eau de nappes phréatiques ou d'une source d'eau souterraine (eau/eau). Ces installations représentent un investissement de départ plus conséquent, mais ont l'avantage d'être des solutions apportant un retour sur investissement plus rapide.

En effet, les coefficients de performance sont meilleurs qu'avec des solutions aérothermiques, du fait que les appareils ne sont pas soumis aux contraintes climatiques et à de grosses différences de température entre l'intérieur et l'extérieur de votre maison. Cependant, leur installation implique des travaux plus conséquents et des autorisations spéciales de votre commune pour le forage des sols et l'implantation de capteurs dans les sols ou une source d'eau.

L'investissement pour une PAC géothermique affiche un montant entre 14 et 18 000 €, en incluant les opérations de forage (verticaux ou horizontaux) et l'implantation des capteurs de calories.

À noter que, hormis la PAC air/air qui n'est éligible qu'à très peu d'aides financières, il est possible d'amortir rapidement votre investissement pour un de ces équipements grâce à différentes primes proposées par l'État (MaPrimeRénov, Coup de Pouce chauffage...) pour inciter les particuliers à faire le choix de la transition énergétique pour leur chauffage.

Comment calculer la rentabilité d'une pompe à chaleur ?

À la lecture de ces différentes données, vous gardez certainement en tête votre question principale : en combien de temps puis-je espérer un retour sur investissement grâce à ma future pompe à chaleur ?

La crise autour du coût des énergies vous incite peut-être à vous hâter pour trouver une solution plus rentable, permettant de réduire vos consommations d’électricité ou de gaz. Les différents éléments présentés en amont vous démontrent cependant qu’il est quasiment impossible de vous avancer, de façon précise, un pourcentage d’économies réalisable. Il est en effet compliqué d’avancer des chiffres sans avoir une connaissance pointue de votre logement mais aussi de vos habitudes de consommation du chauffage.

Vous venez d’investir dans une PAC et vous essayez de faire un calcul estimatif ? Le délai de rentabilité de votre pompe à chaleur dépend principalement de différents facteurs. Encore une fois, il ne s’agit pas d’une vérité unique pour tous les foyers, ce calcul dépendant de nombreux éléments jusqu’au comportement des résidents de votre foyer sur les réglages de la température intérieure.

Dans le cas d’une maison répondant à tous les critères garantissant le bon fonctionnement de la PAC, comme l’isolation, il faut prendre en compte quelques détails majeurs :

  • le prix d’achat de votre PAC ;

  • le coût de votre chauffage avec votre précédent équipement, comme une chaudière gaz, par exemple ;

  • le coefficient de performance, ou COP, de la PAC ;

  • le montant des économies réalisées.

En moyenne, le besoin en chauffage à l'année est de 110 kWh/m²/an (si votre maison est de classe énergétique C ou D). Vous pouvez procéder de cette façon :

  • 1

    Calculez votre consommation annuelle d'énergie avec votre ancien chauffage.

  • 2

    Comparez avec les consommations en électricité de votre PAC, sachant que cette dernière produit plus d'énergie qu'elle n'en consomme.

  • 3

    Divisez votre besoin d'énergie de chauffage par la valeur du COP, et évaluez ainsi la différence de consommation annuelle en gaz ou en électricité avec les deux modes de chauffage.

  • 4

    Rapportez le ce calcul au montant d'achat de votre PAC en le divisant par l'économie réalisée entre le gaz et l'électricité.

Ceci vous permet d'avoir un aperçu sur le délai de retour sur investissement envisageable avec l'installation d'une pompe à chaleur. En moyenne, il est constaté que ce dernier se déroule plus rapidement dans le cas de l'installation d'une PAC géothermique, moins sujettes aux différences de température, comme peut l'être une PAC aérothermique.

En conclusion, nous vous invitons avant tout à vous tourner vers un professionnel qualifié afin de définir le meilleur système de chauffage pour votre logement, et à commencer vos démarches par un bilan thermique de l'habitation.

Chez IZI by EDF, nous travaillons exclusivement avec des artisans Reconnus Garants de l'Environnement (RGE), bien au fait avec les réglementations en vigueur, pour installer chez vous une solution vous permettant de réaliser de véritables économies d'énergie.

Profitez d’un accompagnement personnalisé avec IZI by EDF !

Confiez-nous votre projet ! Un expert dédié vous accompagne et vous conseille dans le choix d’une pompe à chaleur adaptée à vos besoins.

Demander un devis
À lire également
Une question ?
Veuillez valider le captcha
0 Commentaire