Rénovation énergétique et construction Les professionnels face à une pénurie de chaudières et de pompes à chaleur

Les professionnels face à une pénurie de chaudières et de pompes à chaleur

pénurie de chaudières et de pompes à chaleur

Des délais de livraison qui s’allongent, des prix de matières premières qui flambent… La crise sanitaire du COVID-19 a des effets sur le long terme dans le monde industriel. Le secteur du chauffage n’est pas épargné. À l’automne 2021, des retards de livraison peuvent être constatés pour fournir des chaudières ou encore des pompes à chaleur. IZI by EDF vous informe sur les origines de ces difficultés d’approvisionnement et la situation en cours.

1. Reprise d'activité lente fance à une demande en forte hausse
1.1. Le boom de la rénovation énergétique
2. Pénurie de composants électroniques
3. Des entreprises ralenties par les pénuries

Reprise d’activité lente face à une demande en forte hausse

Au printemps 2020, le monde entier a connu une crise sans précédent avec la propagation de la COVID-19 sur tous les continents. Afin de limiter la diffusion du virus, de nombreux pays ont alors stoppé les activités commerciales et industrielles sur une période de plusieurs semaines. Une décision qui a entraîné la mise à l’arrêt de nombreuses chaînes de production, partout dans le monde, et dans tous les domaines, matières premières comme produits manufacturés.

À la reprise, les fabricants ont dû faire face à plusieurs facteurs : rattraper le retard occasionné par cet arrêt de la production, course à la matière première sur un marché où la concurrence internationale est rude… Un autre élément s’est alors ajouté à ces contraintes, notamment dans le monde du chauffage : une demande accrue en équipements tels que les chaudières et la pompe à chaleur.

Le boom de la rénovation énergétique

Tandis que la reprise d’activité se déroulait progressivement dans les usines de production, une hausse des besoins en appareils de chauffage a été constatée sur le marché français. Dopée par les aides financières de l’État, la rénovation énergétique attire toujours plus de Français désirant remplacer leur ancien système de chauffage par des équipements plus performants et respectueux de l’environnement.

Ainsi, la CAPEB (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) constate, à l’issue du premier semestre 2021, une croissance “jamais enregistrée” dans la rénovation énergétique. Une progression de 3,3 % est relevée au premier semestre par rapport à 2019 sur la même période, pour une tendance annuelle estimée à + 13,9 %.

La pompe à chaleur est particulièrement demandée, et affiche, selon certains fabricants, une progression à 70 % sur le marché français.

Il en va de même pour la chaudière gaz, qui a vu ses ventes exploser également. Une des raisons : la fin de la prime Coup de pouce chauffage pour l’achat d’une chaudière gaz à condensation, au 1er juillet 2021.
Le chauffage biomasse, poêle ou chaudière, à bûches de bois ou au granulés est également plébiscité.

Selon la CAPEB, certains secteurs dépassent ainsi leur niveau d’avant-crise, battant même des records, avec des carnets de commandes pleins sur 111 jours ! Un constat à double tranchant, en raison des difficultés d’approvisionnement en matière première comme en composants tels que les circuits électroniques. Au final, à peine les chaînes de production arrivaient à rattraper le retard dû à l’arrêt de production qu’elles peinent désormais à répondre à une demande croissante.

Pénurie de composants électroniques

La tension sur les matières premières s’est faite ressentir dès le début de l’année 2021. Une situation provoquée notamment par des pays comme les États-Unis et la Chine, qui ont investi en masse pour ne pas en manquer. Pas une de ces matières n’est épargnée : bois, PVC, métal, produits à base de silicone…

Les composants électroniques (ou semi-conducteurs), majoritairement fabriqués en Asie, viennent également à manquer face à la pression du marché. Ces puces électroniques sont présentes partout dans notre quotidien : cartes de paiement, consoles de jeux, mais aussi appareils de chauffage. 70 % de la production mondiale se trouve à Taïwan et les constructeurs européens ne passent qu’après leurs homologues asiatiques pour se fournir.

Conséquence : cette pénurie a des répercussions sur un marché mondial déjà sous pression et impose, parfois, l’arrêt temporaire de chaînes de production, en attendant d’être de nouveau fournies en puces électroniques. Un phénomène qui touche tous les secteurs : chauffage, automobiles, jeux vidéos, etc. De la même façon, chacun de ces secteurs est contraint d’annoncer des délais de livraison plus longs.

Des entreprises ralenties par les pénuries

ralentissement de l'activité dans le bâtiment

Qui dit pénurie de matières premières, dit révision de leurs tarifs à la hausse. Et depuis début 2021, les prix des matières premières flambent ! L’ensemble des professionnels du bâtiment, tous secteurs confondus, est touché par cette hausse constante des prix. Ceci, avec une interrogation commune concernant les répercussions sur les produits manufacturés.

Pour mieux saisir les enjeux de ce contexte exceptionnel, la CAPEB a réalisé une étude auprès de 1 700 entreprises artisanales du BTP, en juillet 2021. Les trois quarts des sondés ont relevé une hausse des prix des matières premières entre janvier et juillet 2021, allant de 20 et 80 % selon les matériaux.

Les secteurs les plus touchés représentent les métiers de la menuiserie et de la serrurerie (86 %) ainsi que 81 % des métiers de la couverture, la plomberie et le chauffage. Les fabricants instaurent ainsi une veille constante sur les fluctuations de prix pour se fournir à des prix “abordables”. Car une question majeure plane sur l’ensemble de ces professions : quelles répercussions pour le prix de vente de leurs productions ?

À l’été 2021, un quart de ces entreprises a ainsi procédé à une hausse de leurs tarifs pour ne pas produire à perte.

L’ensemble de ces facteurs entraîne des difficultés pour les fabricants et les artisans pour anticiper les achats de matériaux tout en faisant face aux commandes à venir. Avec 65 % des entreprises freinées par la pénurie de matières premières, les artisans et installateurs sont ainsi contraints de retarder des chantiers à des échéances plus ou moins longues, voire, pour des gros chantiers de BTP, de les reporter.

À la rentrée 2021, rien ne permet de voir encore le bout du tunnel et un retour prochain à la normale sur le marché mondial. Ainsi, la Fédération Française du Bâtiment espère voir la flambée des prix former un plateau d’ici la fin de l’année, pour une stabilisation début 2022.

L’impact sur le long terme de ces difficultés d’approvisionnement sur le marché du chauffage, quant à lui, peut s’inscrire dans la durée, le temps que les fabricants puissent se fournir suffisamment en matière pour répondre à la très forte demande.

0 Commentaire à propos de « Les professionnels face à une pénurie de chaudières et de pompes à chaleur »
Laisser un commentaire
Veuillez valider le captcha