Accueil Rénovation énergétique Que retenir du plan de sobriété énergétique 2022 ?
plan de sobriété énergétique
Rénovation énergétique

Que retenir du plan de sobriété énergétique 2022 ?

Temps de lecture 10 min

Agathe
Agathe

Mis à jour le 29 novembre 2022

Sommaire

Le 6 octobre 2022, le gouvernement dévoilait son plan de sobriété énergétique, afin de réduire la consommation énergétique du pays de 10 % d’ici 2024 ! Pour atteindre cet objectif, le plan propose 15 mesures phares impliquant les particuliers, les entreprises, l’État ainsi que les collectivités. En quoi consistent ces mesures ? De quelles aides financières s’accompagnent-elles ? Découvrez l’essentiel du plan de sobriété énergétique !

Rappel : qu’est-ce que la sobriété énergétique ?

La sobriété énergétique est le fait de réduire sa consommation d’énergie (gaz, eau, électricité…), sans pour autant altérer son confort de vie.

Ainsi, les enjeux de la sobriété énergétique sont à la fois écologiques et économiques, dans la mesure où ils permettent de lutter contre le réchauffement climatique en limitant notre rejet de CO2, tout en réduisant notre consommation d’énergie. Or, grâce aux gains énergétiques réalisés, vous réalisez des économies financières !

Dès lors, les moyens permettant d’atteindre la sobriété énergétique sont nombreux et variés : ils peuvent concerner la rénovation énergétique des bâtiments autant que les éco-gestes à adopter au quotidien.

Les 15 mesures phares adoptées par le gouvernement en France

Le plan de sobriété énergétique présenté par le gouvernement se décline donc autour de 15 mesures phares. Ces dernières font office d’exemples concrets, bien que les enjeux qu’elles impliquent soient plus globaux.

Ainsi, les mesures concernent les thématiques suivantes : le bâtiment, la mobilité, l’État, les collectivités territoriales, les entreprises, le sport et les Français.

Le bâtiment

Le secteur du bâtiment génère à lui seul 20 % des émissions de gaz à effet de serre, et contribue à environ 45 % de l’énergie finale consommée en France.

Ainsi, les 3 mesures citées à titre d’exemple concernant le bâtiment sont les suivantes :

  • 1

    Le maintien de la température du chauffage à 19°C au sein des bâtiments.

  • 2

    L'écourtement de la période de chauffe, via le décalage de l’utilisation de vos systèmes de chauffage de quelques semaines (dans la mesure du possible).

  • 3

    La réduction de l'utilisation d’eau chaude sanitaire dans les bureaux.

     

La mobilité

De son côté, le secteur des transports représente 30 % des émissions de gaz à effet de serre en France, et 32 % de nos consommations finales d'énergie.

La mesure en lien avec la mobilité ayant été retenue est la suivante :

  • 4

    Le recours au covoiturage dès que possible. Un bonus financier d’une centaine d’euros est d’ailleurs versé pour toute inscription sur un site de covoiturage dès le 1er janvier 2023.

De plus, le gouvernement incite notamment à emprunter les transports en commun et le vélo, le train plutôt que l’avion ou la voiture, et à privilégier l’éco-conduite (vérifier la pression des pneus régulièrement, ne pas abuser de la climatisation…).

Dans le secteur du transport, plusieurs mesures sont également promues : installer des éclairages basse consommation dans les gares et les stations, généraliser l'éco-conduite des trains et des transports en commun, augmenter l’utilisation du carburant durable dans le secteur aérien…

L’État : services et agents publics

L’État se veut exemplaire en matière d’économie d’énergie, et vise à mettre en place les mesures suivantes afin de réduire sa consommation d’énergie de 10 % d’ici 2024 :

  • 5

    La diminution du chauffage à 19°C ou 18°C et privilégier le travail en horaires décalés lorsque le système électrique connaît des pics de tension (signal EcoWatts en rouge).

  • 6

    Le recours au télétravail, avec à la clé une revalorisation de l’indemnisation de télétravail de 15 % pour les agents publics dès début 2023.

  • 7

    La réduction de sa vitesse automobile à 110 km/h au lieu de 130 km/h sur autoroute, et à 100 km/h au lieu de 110 km/h sur les voies rapides pour les agents publics utilisant leurs véhicules de service (trajets professionnels). Le gain de carburant estimé avoisine les 20 %.

Plus globalement, la sobriété énergétique à l’échelle de l’État prône une meilleure gestion des bâtiments publics : suppression de l’obligation de l’eau chaude dans les bureaux, travaux visant un gain énergétique (passage à l’éclairage LED, changement de chaudière…). Ainsi, un programme de 150 millions d’euros a été déployé pour soutenir cette initiative à l’échelle nationale dès octobre 2022.

Les collectivités territoriales

En France, le nombre de collectivités territoriales s’élève à 35 000 sur l’ensemble du territoire. Ces dernières gèrent notamment l’éclairage et les bâtiments publics.

Voici les 3 mesures phares ayant été retenues dans ce domaine :

  • 8

    La réduction de sa consommation d’électricité liée à l’éclairage public (30 % des dépenses d’une collectivité) : réduction de l’intensité lumineuse, passage aux éclairages LED permettant 40 à 80 % d’économie d’énergie.

  • 9

    La réduction du chauffage des équipements sportifs : diminution de la température de 2°C dans les gymnases, de 1°C dans les piscines…

  • 10

    La diminution de la taille de la surface chauffée dédiée au travail des services publics, impliquant notamment le regroupement des services.

Les entreprises

Les entreprises couvrent les secteurs primaire (agriculture…), secondaire (industries…) et tertiaire (services…). La principale mesure phare ayant été retenue dans le cadre du plan de sobriété concernant les entreprises est la suivante :

  • 11

    La prise de 15 engagements permettant aux entreprises d’être recensées sur la plateforme “Les entreprises s’engagent”.

Plus globalement, ces engagements concernent les thématiques suivantes :

  • Les économies d’énergie (formation des salariés aux éco-gestes, réduction de l’éclairage intérieur et extérieur, sobriété numérique, massification des audits énergétiques…).

  • L’optimisation des dispositifs de management de l’énergie (mise en place de dispositifs de chauffage autonome, pilotage du chauffage, solutions techniques moins énergivores…).

  • Le soutien à la mobilité durable en entreprise (regroupement des déplacements, véhicules électriques pour les flottes d’entreprise…).

  • L’organisation en interne (télétravail en cas de pic de consommation, désignation d’un référent sobriété énergétique en entreprise…).

  • La mobilité/logistique : optimisation des livraisons dans le transport des marchandises…

  • Le numérique : paramétrage d’équipement pour une mise en veille automatique en cas de non-utilisation…

La culture et le sport

En France, les établissements sportifs et culturels accueillant du public sont nombreux. C’est pourquoi une mesure phare a été retenue à titre d’exemple :

  • 12

    La réduction du temps d’éclairage avant et après les matchs de compétition : réduction de 50 % pour les matchs ayant lieu en journée, et de 30 % pour les matchs ayant lieu en soirée.

Notons également certaines mesures préconisées et adaptées à d’autres types de structures :

  • Cinémas : diminution de l’éclairage…

  • Congrès, foires et salons : extinction des machines et équipements sur stand dès la fermeture au public…

  • Parce à thèmes : extinction du courant électrique des attractions lors de la fermeture au public…

  • Piscines et centres thermaux : réduction de la température de la piscine et de la température ambiante de 1°C…

  • Domaines skiables : adaptation de la vitesse des télésièges et télécabines selon la fréquentation…

Les citoyens français

Enfin, certaines mesures du programme s’adressent plus particulièrement aux Français au sujet de leur logement, de leurs déplacements et de leurs factures :

  • 13

    La maîtrise de sa consommation énergétique, permettant l’obtention d’un “bonus sobriété”, sous la forme d’une prime sur les factures de gaz ou d'électricité.

  • 14

    Le remplacement d’une chaudière gaz par une pompe à chaleur dans le cadre de MaPrimeRénov’, s’accompagnant d’une aide pouvant atteindre 9 000 €.

  • 15

    La possibilité d’être informé de la météo de l’électricité grâce au signal ÉcoWatt.

De plus, des bonus sobriété peuvent désormais s’appliquer sur les factures de certains fournisseurs d’énergie. C’est notamment le cas des offres “Tempo” d’EDF : le tarif de la consommation d’électricité est réduit de 30 % la plupart du temps, mais surfacturé lors des pics de consommation.

Des outils de communication complémentaires

Le gouvernement a mis en place certains outils de communication afin d’accompagner les mesures du plan de sobriété énergétique auprès des particuliers.

Le dispositif Ecowatt

Piloté par RTE, le dispositif Ecowatt a été instauré afin de signaler les périodes de tensions sur le système électrique national. Ainsi, vous pouvez consulter la situation de la consommation électrique française en temps réel, ou demandé à être prévenu à l'avance par SMS ou via l’application Ecowatt des risque de tension ou de coupures.

L’objectif ? Éviter les coupures de courant, qui surviennent lors d’une tension trop importante sur le système électrique !

Ainsi, le dispositif se décline selon trois couleurs :

  • Vert : situation normale.

  • Orange : tension du système électrique, invitant aux gestes de réduction de consommation.

  • Rouge : forte tension du système électrique, impliquant une baisse de consommation volontaire afin d'éviter les coupures.

Une campagne de pub “Chaque geste compte”

Parmi les 15 mesures phares énoncées précédemment, 5 d’entre elles sont promues à travers la campagne de communication “Chaque geste compte - Économisons l’énergie” :

  • Le maintien de la température du chauffage à 19°C au sein des pièces principales (et 17°C dans les chambres).

  • Le réglage de la température de son chauffe-eau à 55°C et moins.

  • La coupure ou la mise en veille des appareils non utilisés.

  • Le décalage de l’utilisation de certains appareils électriques en dehors des périodes de pointe (8h-13h / 18h-20h).

  • L’installation d’un thermostat programmable, pour laquelle une prime d’environ 65 € peut être accordée par ménage.

Dès lors, cette publicité sera déployée sous la forme de spots télévisés, dans la presse, mais également à la radio et sur les réseaux sociaux jusqu’en février 2023.

Des plans d’action en entreprise : l’exemple d’EDF

Les 30 entreprises du CAC40 déjà engagées dans “les entreprises s’engagent”, comptent, parmi elles, EDF.

Concrètement, l’entreprise EDF s’est engagée à travers la mise en place d’un plan de sobriété énergétique interne. Les mesures sont ainsi classées par thématique et sources de consommation énergétique, à savoir : l’immobilier, les usages numériques, ainsi que les déplacements.

L’immobilier

La société EDF compte 3 000 000 ㎡ d’espaces de travail tertiaires, dont les deux tiers sont situés sur des sites industriels.

Les mesures retenues dans ce domaine sont les suivantes :

  • L’adaptation de la température dans les bureaux : chauffage à 19°C maximum dans les bureaux en hiver, et réglage de la climatisation à partir de 26°C en été.

  • La coupure automatique de l’éclairage à 19h : éclairage laissé à la main des salariés qui occupent les espaces de travail après 19h.

  • La réduction des plages d’éclairage des enseignes lumineuses sur les immeubles.

  • L’acquisition de nouveaux bureaux et locaux respectant des critères exigeants en termes d’efficacité et de sobriété énergétique.

  • La coupure du chauffage plus tôt le soir et réduction de la période de ventilation, afin d’utiliser l'inertie du bâtiment pour conserver une température à 19°C.

  • L’optimisation des zones occupées : regroupement des équipes en cas d’effectif restreint, afin d’éviter de chauffer des espaces non ou peu utilisés.
1 degré
= 7 % de la consommation énergétique du bâtiment sur la part chauffage/climatisation

Les usages numériques

Sur l’ensemble des salariés d’EDF, 75 000 d’entre eux possèdent un PC portable. Les mesures liées au numérique ayant été établies par EDF sont les suivantes :

  • L’amélioration de la performance énergétique des data centers : installation de panneaux photovoltaïques…

  • La réduction des visioconférences, coupure de la caméra lors des réunions Teams…

  • Le fonctionnement des PC sur batterie au maximum.

  • Le débranchement des appareils inutilisés ou en veille (écrans, chargeurs, multiprises…).

  • La réduction des plages de fonctionnement des écrans d’affichage dynamique en plus d’une coupure déjà actuelle la nuit et le week-end.

  • L’utilisation de bonnes pratiques du numérique (éco-gestes) : compression de fichiers multimédias, optimisation d’un document…

Les déplacements (télétravail…)

Chaque année, EDF enregistre plus de 200 000 voyages en train de ses salariés, et environ 40 000 voyages en avion.

Dans ce domaine, les mesures mises en place par EDF sont les suivantes :

  • Privilégier les véhicules électriques : électrification de la flotte de véhicules professionnels, diffusion des bonnes pratiques d’éco-conduite…

  • Privilégier les réunions à distance afin d’économiser la consommation de carburant et de réduire les déplacements en avion ou en train.
10 %
l’objectif à atteindre concernant les économies énergétiques sur les consommations clés d’EDF d’ici 2024

 

Ainsi, le plan de sobriété énergétique annoncé par le gouvernement prône des mesures concrètes, comme la réduction de son chauffage à 19°C, ou plus globales, comme le recours au télétravail pour les agents publics.

En parallèle, ces mesures s’accompagnent d’un soutien financier permettant d’accompagner et d’encourager les Français dans leurs efforts, compte tenu du contexte de la hausse du prix de l’énergie.

Finalement, le but de ces gestes est de réduire notre dépendance aux énergies fossiles (gaz et carbone), tout en visant une réduction de notre consommation dans un objectif de neutralité carbone d’ici 2050.

 

À lire également
Une question ?
Veuillez valider le captcha
0 Commentaire